L'État de Virginie s'apprête à exécuter une femme pour la première fois en un siècle

La Cour suprême des États-Unis et le gouverneur de Virginie ont refusé de gracier Teresa Lewis, malgré la déficience mentale dont elle souffre. Elle sera exécutée, ce jeudi, devenant la première femme à subir ce sort dans cet État depuis 1912.



L'État de Virginie s'apprête à exécuter une femme pour la première fois en un siècle
Teresa Lewis, une femme blanche de 41 ans, sera exécutée jeudi en Virginie (est des Etats-Unis) pour avoir commandité les meurtres de son mari et du fils de celui-ci mais les abolitionnistes citent un cas d'école montrant l'injustice de la peine de mort.

Aux Etats-Unis où 60 condamnées patientent dans le couloir de la mort contre 3.200 condamnés, l'exécution d'une femme est un fait rare. Seules 11 femmes ont été mises à mort depuis le rétablissement de la peine capitale en 1976, pour 1.215 hommes.

Elle a avoué avoir laissé ouvert en octobre 2002 la porte de la caravane où elle vivait pour que deux complices, respectivement âgés de 19 et 22 ans, y pénètrent et tuent par balle son mari et le fils de celui-ci, un militaire âgé de 25 ans. L'objectif était d'empocher les assurances-vie des deux hommes.

Teresa Lewis avait rencontré ses complices au supermarché, l'un d'entre eux était devenu son amant et elle avait encouragé sa fille de 16 ans à entamer une relation avec le plus jeune.

Tous trois ont plaidé coupable du double meurtre. Les deux auteurs ont été condamnés à la prison à vie mais Teresa Lewis - qui avait renoncé à un procès en bonne et due forme - a été considérée par son juge comme l'instigatrice des meurtres, "la tête du serpent", avait-il estimé, et envoyée à la mort.

Mais les soutiens de cette mère de famille et grand-mère n'ont eu de cesse depuis de rappeler qu'avec un QI de 72, elle se situait à la frange de la maladie mentale, la rendant incapable de concevoir un tel plan.

Son amant, en revanche, qui voulait devenir tueur à gage, était doué d'une intelligence au dessus de la moyenne et a avoué dans une lettre adressée en 2003 à une amie avoir pensé les meurtres. Elle était "exactement ce que je recherchais, une salope qui s'était mariée pour l'argent à qui j'allais faire facilement tourner la tête", avait-il écrit.

L'homme s'est depuis suicidé en prison.

"La question n'est pas que Teresa Lewis est une femme et qu'elle devrait être traitée différemment, mais il serait extrêmement injuste que celle qui parmi les trois est la moins dangereuse pour la société, qui n'est pas davantage coupable que les autres et dont l'état mental appelle à la clémence, soit la seule à mourir pour ce crime", explique à l'AFP Richard Dieter, directeur du Centre d'information sur la peine de mort.

La Cour suprême a rigoureusement interdit en 2002 l'exécution de condamnés présentant un retard mental.

Mais le gouverneur conservateur de Virginie, Bob McDonnell, a de nouveau refusé mardi d'accorder sa grâce et le dernier recours de la condamnée a été rejeté également dans la journée par la Cour suprême des Etats-Unis.

Teresa Lewis "veut vivre mais elle est en paix avec elle-même, elle dit que quoi qu'il arrive, elle sera gagnante", a assuré à l'AFP son avocat James Racop.

L'Etat de Virginie, le plus actif en terme d'exécutions aux Etats-Unis après le Texas depuis 30 ans, n'a pas mis à mort de femme depuis près d'un siècle. En 1912, Virginia Christian, une jeune Noire de 17 ans, était morte sur la chaise électrique.

Le cas de Teresa Lewis a ému jusqu'au président iranien Mahmoud Ahmadinejad, qui a dénoncé lundi le "silence des médias" sur cette affaire, par contraste avec celle de l'Iranienne Sakineh Mohammadi-Ashtiani. Le cas de cette femme, condamnée à la lapidation dans une affaire mêlant adultères et participation au meurtre de son mari par l'un de ses amants, a soulevé une forte émotion en Europe et aux Etats-Unis.


AFP

Mercredi 22 Septembre 2010 - 12:12



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter