L'OCRTIS frappe au coeur du Plateau: un trafic de haschich démantelé

L'Office Central pour la Répression du Trafic Illicite de Stupéfiants (OCRTIS) a mis à jour un vaste réseau de trafic de Haschich en Centre-ville. Trois (3) Libanais dont le cerveau du nom d'Aymane Isseyni ont été placés en garde-à-vue.



Mame Seydou Ndour, Directeur Ocrtis
Mame Seydou Ndour, Directeur Ocrtis
L'affaire implique en effet, des ressortissants Libanais qui seront présentés au Procureur de la République, ce lundi. Tout a commencé lorsque les hommes de Mame Seydou Ndour ont été informés de l'existence d'un réseau de trafic de Haschich. L'OCRTIS met alors en place un dispositif de surveillance qui sera payant dans la soirée du vendredi. le nommé Mehdi Ali Issa sera intercepté à bord d'un véhicule de marque Ford vers la station shell près de l'hôpital Aristide Le Dantec.


A la suite d'une fouille minutieuse, les enquêteurs mettent la main sur quatre (4) blocs de Haschich et un joint mixé avec du tabac accusant à la pesée 12,5 grammes. Pris en flagrant délit, Mehdi balance qu'il travaille avec Mohammed Fatah. Ce dernier sera cueilli le lendemain alors qu'il se prélassait  aux bords de la piscine du Savana (hôtel), précise "Libération". L'OCRTIS découvre dans son sac deux boulettes de haschich. Et lors d'une perquisition qui les a menée chez Mehdi Ali Issa, les enquêteurs mettent la main sur deux (2) autres boulettes pesant 103 et 269, 5 grammes. 


Ce, ainsi qu'un pistolet automatique de marque Mikros de même qu'un rouleau de plastique transparent. Lors de leurs interrogatoires, les deux (2) trafiquants avouent travailler pour le nommé Aymani Isseyni qui loge aux Maristes. Dernier qui sera identifié et filé par une équipe qui le cueillera au centre-ville dans la soirée du samedi. Et à la suite d'une fouille corporelle, les enquêteurs ont découvert 18,8 grammes de haschich planqués dans son caleçon.


 


Lundi 13 Avril 2015 - 11:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter