L'OUTRAGE DIPLOMATIQUE DE LA FRANCE AU SENEGAL



L'OUTRAGE DIPLOMATIQUE DE LA FRANCE AU SENEGAL
Le suspens est maintenant proche du néant. Ceux qui avaient encore quelques doutes peuvent définitivement les lever. La France, par la voix de son ambassadeur au Sénégal, a déclaré Karim Meissa Wade coupable. Questionné sur une possible condamnation de l'ancien ministre d'Etat à l'issue de son procès, Jean Félix Paganon, après un long soupir de dédain, décoche sa salve, sans s'embarrasser d'une once de nuance: "un non lieu serait étonnant..."  Cinq petits mots pour tracer la feuille de route aux magistrats sénégalais. L'ordre de mission qui leur est assigné est on ne peut plus clair: rendre impossible l'innocence de Karim Wade. La France, par le biais de sa représentation diplomatique à confirmé ce que les avocats de Karim Wade n'ont de cesse de marteler depuis plusieurs semaines, à savoir que ce procès n'était qu'une formalité administrative mais en fait, la condamnation de Karim Wade a déjà été prononcée depuis bien longtemps.
 
Une revanche de la France sur Karim Wade?
 
En refusant de saisir cette chance formidable que de se taire lorsqu'on a rien a dire, Jean Félix Paganon ne pouvait que déraper. Les propos du diplomate français sont graves et ont indigné des millions de sénégalais, au delà des opinions des uns et des autres sur le procès de Karim Wade. Ils sont graves parce qu'ils constituent un acte de vandalisme diplomatique contre la Justice d'un pays souverain. Et quelle image l'ambassadeur de France donne t-il au monde de la souveraineté et de la dignité du Sénégal? Monsieur Paganon ne tiendrait jamais de tels propos en France parce qu'il serait passible de poursuites pour atteinte au principe fondamental de la présomption d'innocence. Et je ne pas suis sûr qu'au Rwanda, pays qui a sanctuarisé sa souveraineté, un diplomate français oserait se laisser aller à de telles déclarations dans une affaire aussi délicate et pendante devant la justice. Mais seulement voilà, nous sommes au Sénégal en 2015, un pays où un ambassadeur, fût-il de France peut s'essuyer les pieds sur les robes de la magistrature sénégalaise. Charlie un jour, charlot toujours?
 
Le problème avec la France est sa boussole diplomatique qui a perdu le nord. Elle est restée verrouillée sur cette rancune tenace qu'elle nourrit à l'égard de Karim Wade. Son péché véniel: avoir osé bousculer, au nom des intérêts supérieurs du Sénégal, l'hégémonie française dans les secteurs les plus stratégiques et les plus rentables de notre économie. La bourde de Jean Félix Paganon trahit une posture revancharde de la France qui vient publiquement d'apporter sa contribution diplomatique dans la mise en scène de la culpabilité politique de Karim Wade. Preuve si besoin en est, que les Français sont bien décidés à lui à faire payer le prix de ses actes de défiance vis à vis de certains lobbies économiques. Dans ce procès, la France a choisi son camp et compte user de toute son influence, pour faire condamner celui qui est aujourd'hui présenté comme le plus redoutable adversaire du candidat de l'Elysée pour l'élection présidentielle de 2017. Mais pas si sûr que cela contribue, aux yeux des sénégalais, à ravaler la façade plus que dégradée d'une France bien encline au nom de ses intérêts, à même saccager la souveraineté de ses "amis."
 
Quand le vernis diplomatique craque
 
Il suffit d'aller sur le net pour constater la fureur déclenchée par Jean Felix Paganon avec ses déclarations sur la culpabilité programmée de Karim Wade, dans un procès plus que passionnel et qui n'en finit plus de diviser les Sénégalais. Les déclarations imbéciles de l'ambassadeur de France sont tristes pour les relations entre les deux pays parce qu'elles ternissent encore un peu plus l'image de la France au Sénégal. Elles sont maladroites parce qu'elles vont alimenter pendant longtemps, les soupçons que le Palais de Macky Sall ne serait en fait, qu'une excroissance de l'Elysée. Elles sont déplorables parce qu'elles sont une belle balafre au visage de notre souveraineté. Elles sont dangereuses parce qu'elles contribueront sans aucun doute, à exacerber un sentiment anti français de la part d'une très large frange de l'opinion sénégalaise acquise à la cause de Karim Wade. Elles sont impardonnables parce qu'elles sont sentencieuses, irrespectueuses et sonnent comme un outrage national infligé à un pays plus que partenaire.
 
 
Les ondes de Rfi et TV5 réquisitionnées pour bouffer du Wade
 
La diplomatie française devrait changer son logiciel sénégalais qui à force est devenu branlant. Les sénégalais qui ne sont pas un peuple d'idiots constatent chaque jour qui passe, comment Radio France Internationale (RFI), "la voix de la France" dans le monde et TV5 Afrique, "les yeux du Quai d'Orsay" sur le continent, sont mises à contribution pour "bouffer" du Karim Wade. Lorsqu'il est question du Sénégal, l'audiovisuel extérieur gouvernemental français n'a plus de ligne éditoriale, mais une ligne politique résolument anti-wade. A l'instar de certains médias sénégalais.
C'est l'occasion de revenir ici, sur l'entretien que Jean Félix Paganon a accordé à une radio sénégalaise. Avec toute l'amitié véritable que j'ai pour le brillant journaliste qu'il est, Mamoudou Ibra Kane a été complaisant avec l'ambassadeur de France. Nous l'avons connu beaucoup plus saignant et plus tranchant avec les membres de l'opposition. Face au diplomate français, ces questions avaient des relents de révérence. Mais on serait presque tenté de lui accorder quelques circonstances atténuantes vu qu'il "jouait à l'extérieur"' dans un décorum beaucoup trop feutré comparé à son studio de la RFM. Il suffisait juste de le voir, négligemment assis sur sa chaise, pour comprendre qu'il n'était pas prêt à aller à l'assaut de la citadelle Paganon. L'entretien qui, visiblement s'est déroulé à l'ambassade de France ou à la résidence de l'Ambassadeur, a manqué de muscles et a surtout permis à son invité qui était en même temps son hôte, de dire ce qu'il avait envie que nous entendions. Mais cette conversation presqu'entre amis, aura au moins eu le mérite de faire craquer le vernis diplomatique de l'ambassadeur de France qui, sans même passer par la case isoloir, nous a ostensiblement exhibé son bulletin de vote pour 2017.
 
La France et son égo diplomatique gonflé à l'hélium de l'arrogance
 
Jean Félix Paganon est l'avatar d'une diplomatie française tintamarresque et son dérapage, le symptôme d'un égo diplomatique gonflé à l'hélium de l'arrogance. C'est tout le problème du diplomate français qui vit reclus dans son ghetto de prétention avec la certitude que le futur de l'Afrique ne saurait de toute façon, se dessiner sans lui. Il ya quatre ans, un ambassadeur français avait dû présenté ses excuses publiques aux Tunisiens pour avoir lancé à des journalistes locaux: "Vous croyez que moi, l'ambassadeur de France en Tunisie, je vais répondre à cette question...Vous croyez que je suis dans la petite phrase débile?»
Monsieur Paganon, parangon de la bêtise diplomatique ferait bien de s'inspirer de la jurisprudence Boris Boillon du nom de ce diplomate, en faisant acte de contrition sincère pour cette grave immixtion dans les affaires intérieures sénégalaises. Sa transgression des règles de la civilité diplomatique, son mépris du Sénégal et des Sénégalais sont tout simplement inacceptables. Du Président de la République, les sénégalais attendent à tout le moins, un ferme rappel à l'ordre. Une reddition de Macky Sall face à la grossière et scandaleuse outrance diplomatique française sera analysée comme une allégeance à ses présumés "gourous adoptifs français". A défaut de biceps et de courage de la part du Palais, il reviendra alors aux juges Sénégalais, au nom de la souveraineté nationale et d'une certaine dignité de sa magistrature, de laver cet affront national. Il ne reste que quelques petits jours pour voir si la sentence prémonitoire d'un ambassadeur de France sera exécutée par des magistrats du Sénégal. A son Excellence Jean Félix Paganon, on pourra alors dire: salut le visionnaire!
 
Malick SY
Journaliste


Mercredi 11 Mars 2015 - 13:52



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter