L'Ordre «n’est pas contre les avocats commis d’office pour Hissène Habré»

«Un avocat est constitué pour aller aux audiences, pour assister son client non pas pour tenir des conférences de presse, cela n’a aucun sens», explique le Bâtonnier de l’Ordre des avocats sur l’affaire Hissein Habré. Ce, en marge de la cérémonie de prestation de serment des trente-trois (33) nouveaux avocats stagiaires. Me Ahmed BA annonce qu’il est en train de discuter avec la défense de Habré pour qu’elle revienne sur sa position. Il est toutefois bon de préciser que l'Ordre n'interdit pas aux avocats commis d'office de défendre Hissein Habré.



L’affaire Habré est une question complexe car le Droit lui donne la possibilité de dire à ses avocats de ne pas le défendre et dans ce cas l’ordre est tout à fait en accord parce que cela est conforme au Droit car il peut décider librement de ne pas se faire assister par ses avocats, ouvre le Bâtonnier.  Toutefois, « le conseil est contre le fait que des avocats passent tout leur temps à tenir des conférences de presse en lieu et place des prétoires », tient à préciser Me Ahmed BA. Le Bâtonnier soutient en revanche que le conseil n’est pas contre la démarche de la défense d'Habré. Revenant sur la question des avocats commis d’office, il faut dire que l’ordre n’est pas contre cette décision des Chambres Africaines Extraordinaires (CAE) face au refus des avocats choisis par Habré de plaider sur demande de ce dernier.



Par contre , la question qui se pose est celle de savoir si l’on peut commettre d’office des avocats pour quelqu’un qui a déjà ses avocats ?  La seconde question est celle de savoir comment faire pour quelqu’un qui dit que je ne souhaite pas que vous me défendiez ? Voilà autant de questions sur lesquelles l’Ordre est en train de travailler de concert avec les avocats de Hissein Habré pour essayer  de trouver une solution  à cette question complexe.  Toujours sur le procès de l'ancien homme fort de Ndjaména, Me BA indique qu’il  est tout à fait possible pour quelqu’un qui est poursuivi devant une juridiction criminelle de dire à ses avocats de ne pas le défendre. Et sur ce point, le conseil de l’Ordre des avocats ne fait que se conformer à cette décision. Par conséquent, le prévenu est dans son droit de dire à ses avocats de ne pas se constituer.


Toutefois, "il appartient à la défense d'Habré d’officialiser leur constitution et dans ce cas l’affaire du refus de plaider est simplifiée. Le cas contraire, nous serons devant un autre genre de problème", souligne le Bâtonnier.


       

Khadim FALL

Vendredi 4 Septembre 2015 - 16:36



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter