L'Ouganda interdit la couverture en direct des manifestations de l'opposition

En Ouganda, le gouvernement vient d’interdire les manifestations visant à protester contre la réélection du président Yoweri Museveni en février dernier. Kampala a également interdit la couverture en direct de la « campagne de défiance » lancée par l’opposition.



L'Ouganda interdit la couverture en direct des manifestations de l'opposition
Le chef de l’opposition Kizza Besigye, arrivé deuxième lors de la présidentielle, avait appelé jeudi ses partisans à manifester contre la réélection du président Museveni pour un cinquième mandat.
Mais le gouvernement a décidé d’interdire toute manifestation. « La Cour constitutionnelle a adopté la semaine dernière une ordonnance provisoire mettant un terme aux activités revanchardes de la soi-disant "campagne de défiance", a déclaré le ministre de l’Information, le général à la retraite Jim Muhwezi. Au terme d’une décision prise mercredi par le Conseil des ministres, la police a reçu l’ordre de faire respecter, à la lettre, cette ordonnance provisoire de la Cour constitutionnelle visant cette "campagne de défiance". »

Outre les manifestations, la couverture en direct par les médias des événements est interdite. Jim Muhwezi affirme que les radios et télés qui ne respecteraient pas cette mesure pourraient faire l’objet de représailles. « Le Conseil des ministres a également décidé la fin immédiate de toute couverture en direct des activités de la "campagne de défiance" organisée par Kizza Besigye et ses comparses. Tout media qui continuera à couvrir en direct cette soi-disant "campagne de défiance" pourrait se voir retirer sa licence », a-t-il prévenu.
 
« C’est absurde ! Tout comme l’interdiction de la campagne de défiance est absurde. Je crois que c’est une mesure inutile, anticonstitutionnelle et, dans le fond, ridicule », s’indigne de son côté Peter Mwesige, le directeur général du Centre africain d'excellence dans les médias, qui soutient les journalistes.
Il estime que les radios et télés devraient braver cette mesure au nom de la liberté de la presse. « Je pense aussi que les médias devraient braver cette interdiction. S’il s’agit d’activités sur la voie publique, d’activités légitimes, il faut les couvrir ! Les médias doivent tenir tête au gouvernement. Ce n’est pas en s’écrasant devant le pouvoir qu’on défend la liberté de presse. Ils doivent contester la décision du gouvernement, devant les tribunaux, s’il le faut. Ils ne doivent pas capituler sans conditions et sans discussions », insiste-t-il.

Le président Museveni doit être officiellement investi le 12 mai à Kampala et les autorités accusent Kizza Besigye, qui conteste sa réélection, de vouloir prendre le pouvoir « par des moyens anticonstitutionnels ».

Avec rfi.fr

Ousmane Demba Kane

Vendredi 6 Mai 2016 - 07:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter