L’Ukraine dénonce une «invasion armée» et appelle l’Occident à l’aide

Des hommes armés ont pris pendant quelques heures le contrôle de deux aéroports en Crimée ce vendredi 28 février. La veille, un commando pro-russe a investi le Parlement régional. Les députés ukrainiens ne cachent pas leur forte inquiétude et appellent donc Londres et Washington à garantir la souveraineté territoriale du pays.



Le président par intérim ukrainien, Olexandre Tourtchinov a convoqué en urgence ce vendredi matin un conseil de sécurité national et de défense pour parler de la situation en Crimée. Des hommes armés ont pris pendant quelques heures ce vendredi le contrôle des aéroports de Simferopol et Balbek, près de Sébastopol. La veille, un commando s’est emparé du siège du Parlement de Crimée  sur lequel il a hissé un drapeau russe.

Le ministre de l’Intérieur, Arsen Avakov, y voit la main de Moscou. Sur sa page Facebook, il dénonce une « invasion armée et une occupation ». À Simferopol, écrit-il, les hommes armés « ne dissimulent pas leur appartenance aux forces armées russes ». A la mi-journée, un haut-responsable a annoncé que les deux aéroports étaient désormais sous les contrôle des autorités ukrainiennes.

Dans la résolution adoptée ce vendredi 28 février, les députés ukrainiens appellent donc l’Occident à l’aide, et plus précisément les pays signataires du Mémorandum de Budapest (lien en anglais). Ce document signé en 1994 garantit que l’Ukraine renonce aux armes nucléaires après la chute de l’Union soviétique et qu’en contrepartie, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la Russie se portent garants de son indépendance et de sa souveraineté. Les parlementaires ukrainiens leur demandent donc de confirmer leur engagement et de lancer des consultations immédiates pour faire baisser la tension.

Les députés ont également adopté une déclaration demandant aux autorités russes de cesser de soutenir les appels aux séparatistes, et de mettre un terme aux actions qui seraient de nature à porter atteinte à la souveraineté nationale.

Les nouvelles autorités de Kiev espèrent obtenir un soutien de la Communauté internationale. Ils ont invité une mission de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) et du Conseil de l’Europe et espèrent voir rapidement le Conseil de sécurité de l’ONU se saisir de la question.


Rfi.fr

Vendredi 28 Février 2014 - 16:49



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter