L’ancien ministre Mor Ngom révèle les secrets de la victoire de BBY aux Législatives

Le secrétariat exécutif de la coalition Benno Book Yaakaar, présidé par Mor Ngom a tenu une conférence de presse ce Vendredi pour donner ses impressions après les législatives du 30 juillet dernier.



Le coordonnateur de la coalition Bby a expliqué les raisons qui leur ont permis de remporter les élections législatives. Selon lui,  «  Nul ne peut usurper la volonté populaire qui s’est clairement exprimé le 30 juillet dans les urnes ». Car, pour eux, cette victoire de Bby « s’est construite patiemment et méthodiquement, selon une stratégie concertée et une discipline respectée par tous, dans l’unité et la solidarité, aplanissant frustrations et incompréhension au sein d’un Bby mû par un même élan, tendu vers le même objectif ».       
L’ancien ministre Mor Ngom a aussi salué le taux « massive » de participation « 54% », enregistré lors des élections législatives du 30 juillet passé. Avant de considérer les résultats comme un « plébiscite en faveur de la liste de Benno Book Yaakaar qui remporte les 42 départements sur les 45 que compte le Sénégal».
Le coordonnateur magnifie la victoire et considère cette « large adhésion » l’approbation  « du peuple aux politiques développées par le président Macky Sall  ».
Mor Ngom a annoncé que la victoire est « éclatante d’autant plus qu’elle s’est battue contre l’adversité de 46 listes de coalitions ou de partis ». Il dénonce les propos de, « certains leaders d’une partie de l’opposition revancharde », faisant état d’un « coup de force » de la part de l’Etat durant ces élections.
M. Ngom regrette l’attitude des opposants qui selon lui, sont « peu enclin au courage et à l’honnêteté intellectuelle », lors qu’ils accusent le pouvoir d’avoir « usurpé la victoire » ou parlant « d’élections frauduleuses ». Tous ceux-ci selon l'ancien ministre « sans porter à la connaissance de l’opinion la moindre once de preuve ».
Il poursuit : « il est proprement affligeant d’entendre de telles sornettes après que les procès-verbaux de milliers de bureaux de vote aient examinés, comptabilisés devant les représentants de toutes les listes, à la clôture du vote dans chaque bureau de vote ». Tout cela approuve –t-il « en présence de magistrats compétents et de la CENA (commission électorale nationale autonome)  et attesté par tous et sans qu’une contestation d’aucune sorte ne soit élevée contre ».
Par ailleurs, il se dit curieux de constater que «  seul les résultats de Dakar soulèvent une telle furie », pendant que les autres départements « vainqueurs comme vaincus se sont félicités de la bonne tenue des élections, malgré les couacs et autres ratés intervenus çà et là dans le déroulement du scrutin ». Avant de menacer « en tout état de cause, force doit rester à loi et toute contestation des résultats doit se faire devant les juridictions habilitées, dans le respect de l’ordre républicain ». Ainsi, le coordonnateur lance un appel solennel « d’une part, à toutes les forces vives de ce pays, d’autre part, aux autorités de la République à prendre toutes leurs responsabilités afin de  que la paix et la stabilité soient sauvegardées ».
 
 

Assane Walo Gueye (Stagiaire)

Vendredi 4 Août 2017 - 15:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter