L'ancien ministre de l'Intérieur, Charles Pasqua est décédé

L'ancien sénateur des Hauts-de-Seine est décédé lundi à l'âge de 88 ans, après un accident cardiaque. Pilier des années Chirac, il s'était retiré de la vie politique en 2011.



L'ancien ministre de l'Intérieur Charles Pasqua est décédé lundi à l'âge de 88 ans. Il s'est éteint des suites d'un accident cardiaque à l'hôpital Foch de Suresnes, a précisé dans un communiqué le président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian. Pilier des années Chirac - il soutiendra le patron du RPR et s'opposera au président -, l'ancien sénateur des Hauts-de-Seine s'était retiré de la vie politique en 2011, quarante-trois ans après sa première élection en tant que député. Toujours régulièrement consulté par les caciques de l'UMP, et notamment par Nicolas Sarkozy, Charles Pasqua était apparu pour la dernière fois en public le 30 mai, à l'occasion du congrès qui transforma le parti en Les Républicains. Visiblement souffrant, il avait expliqué ne vouloir rater cette journée «pour rien au monde». Les dernières années du vieux lutteur auront été obscurcies par la succession des affaires et des procès.

 
Représentant chez Ricard
Etrange destin que celui de ce fils de gardien de la paix, qui entre dans la résistance à seize ans et voue depuis un culte quasi mystique au général de Gaulle. La politique ne le saisira pourtant que tard: ayant interrompu ses études pour faire vivre sa famille - il s'est marié à vingt ans -, pourvu de simples certificats de licence en droit, il entre comme représentant chez Ricard. Ses talents de négociateur font merveille. Il en devient au bout de quelques années directeur général des ventes et exportations et continue sa carrière d'homme d'affaires dans la peau du PDG d'une autre entreprise. Dans le même temps, il participa à la création du SAC, le Service d'action civique, la «garde» dévouée au service de Charles de Gaulle que pilotaient Pierre Debizet et Jacques Foccart.


Son habileté à monter des réseaux aidera à abattre Jacques Chaban-Delmas en 1974 puis Valéry Giscard d'Estaing en 1981. En mai 1968, après avoir fondé les CDR (comités de défense de la République), il est la cheville ouvrière de la manifestation du 30 mai sur les Champs-Elysées. Son habileté à monter des réseaux aidera à abattre Jacques Chaban-Delmas en 1974 puis Valéry Giscard d'Estaing en 1981. C'est le départ d'une nouvelle vie: député des Hauts-de-Seine en 1968, président du conseil général en 1973, sénateur en 1977 et président du groupe RPR au Sénat en 1981. Il devient à partir de cette date le véritable animateur de l'opposition à la Haute Assemblée, où il mène bataille contre la majorité de François Mitterrand, notamment sur l'école libre et la loi sur la presse.


C'est à cette époque, aussi, qu'il rencontre Nicolas Sarkozy. Pasqua sera le témoin de son premier mariage avec Marie-Dominique Culioli. Quelques mois plus tard, Sarkozy s'imposera face à lui à la mairie de Neuilly-sur-Seine.



L'homme que la gauche aime détester
Au RPR, il est l'homme de confiance de Jacques Chirac. Pendant dix ans, entre 1976 et 1986, il s'associe étroitement au destin de l'ancien poulain de Georges Pompidou, en qui il voit celui que la providence a désigné pour reprendre, au nom du gaullisme, la magistrature suprême. La rupture avec Valéry Giscard d'Estaing à partir de 1976, la fondation du RPR, le développement de la «différence» gaulliste dans la majorité présidentielle d'avant 1981: il pèse de tout son poids dans ces entreprises. Au parti, il est l'organisateur hors pair des «grands-messes» chiraquiennes. Ministre de l'Intérieur de la première cohabitation, en 1986, il s'impose comme l'un des hommes clé du gouvernement.


«Le terrible M. Pasqua», comme le surnommait François Mitterrand, supervise le démantèlement des réseaux d'Action directe, fait jouer ses réseaux pour la libération des otages du Liban et conduit les forces de l'ordre durant les manifestations lycéennes contre la loi Devaquet qui se concluront par le décès de l'étudiant Malik Oussekine. Il devient l'homme que la gauche aime détester et devient l'un des hérauts d'une «droite décomplexée» avant l'heure. «Le FN se réclame des mêmes préoccupations, des mêmes valeurs que la majorité», expliquera-t-il en 1988 devant la montée de Jean-Marie Le Pen.

 
«Quand on pilote un bateau, il faut savoir maintenir le cap et non naviguer à la godille», disait-il à Jacques Chirac. C'est à cette époque, également, qu'un fossé se creuse avec Jacques Chirac. Charles Pasqua, qui avait plaidé, comme Edouard Balladur pour la cohabitation, n'approuve pas du tout la manière dont elle est menée. «On fera manger son chapeau à François Mitterrand», avait-il espéré avant mars 1986. Les faits ne lui donneront pas raison: il estime que sous l'influence de Balladur la cohabitation est trop molle et profite à Mitterrand. Il recommande au premier ministre de «resserrer les boulons» de ne pas «céder aux enfantillages» de «la bande à Léotard». «Quand on pilote un bateau, il faut savoir maintenir le cap et non naviguer à la godille», disait-il à Jacques Chirac.
 

L'échec du maire de Paris à l'élection présidentielle de 1988 précipite la rupture. Désormais, Charles Pasqua est décidé à agir de son propre chef pour tenter d'imposer sa stratégie au RPR, à l'encontre du président du mouvement. Avec Philippe Séguin, il affronte une première fois la direction du RPR aux assises de 1990. Son dernier «coup» politique, Charles Pasqua l'a joué aux européennes de 1999, contre Nicolas Sarkozy. Et il l'a gagné. Son engagement pour le «non» au référendum sur Maastricht, en 1992, est apparu comme le départ d'un nouveau combat pour s'imposer au RPR et plus largement dans l'opposition.


Le sénateur des Hauts-de-Seine avait d'abord tenté de faire adopter un amendement à la réforme constitutionnelle en vue de supprimer le droit de vote des ressortissants de la communauté aux élections municipales. Il s'agissait, en même temps que de supprimer une disposition qu'il n'approuvait pas, de rassembler une majorité RPR, UDF et centristes derrière une cause commune.
 
 
Et par la même occasion Pasqua expérimentait son aptitude à rassembler une majorité au Sénat, en vue de la bataille pour le perchoir. Les deux entreprises échoueront. De retour Place Beauvau sous la deuxième cohabitation, Charles Pasqua se rallie à Édouard Balladur, qui incarne pourtant tout ce qu'a priori il combat. Son soutien à la candidature du premier ministre contre celle de Chirac à la présidentielle de 1995 déroute les militants. Son dernier «coup» politique, Charles Pasqua l'a joué aux européennes de 1999, contre Nicolas Sarkozy. Et il l'a gagné. «Sa» liste souverainiste, constituée avec Philippe de Villiers, a recueilli 13,05 % des suffrages, contre 12,82 % à la liste RPR-DL Sarkozy-Madelin.


Le choc est tel que Nicolas Sarkozy quitte le fauteuil de président par intérim du mouvement gaulliste, où il s'était installé à la suite de la défection surprise de Philippe Séguin. L'ancien chef du SAC prend sa revanche sur le jeune impertinent qui a soufflé la mairie de Neuilly à son nez et à sa barbe, seize ans auparavant. Pasqua ne fera rien de sa victoire aux européennes, ou si peu. En 2004, il finira même par passer le témoin à Sarkozy à la présidence du conseil général des Hauts-de-Seine. Comme pour boucler la boucle.

lefigaro.fr

Lundi 29 Juin 2015 - 21:22



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter