L'apatridie "est un drame pour les victimes" (Ministre ivoirien des droits de l'Homme)

La négation des droits à la nationalité (apatridie) est un "drame pour les personnes qui en sont victimes", a déclaré lundi à Abidjan le ministre ivoirien de la Justice, Gnénéma Coulibaly, à l’ouverture d’une conférence ministérielle à Abidjan.



Monsieur Coulibaly qui s’exprimait à  l’ouverture de la conférence ministérielle consacrée à l’apatridie en Afrique de l’Ouest a soutenu qu’en plus ‘’ d’être un facteur d’instabilité sociale’’ la négation des droits à la nationalité ‘’ est ‘’ à l’origine de la plupart  des conflits qui secouent le continent africain en  général’’ et  ‘’ la sous région’’ en particulier.

 

Il a estimé que, ‘’ le fait de ne pas se sentir reconnu est la première cause de propension du terrorisme’’, invitant ses pairs  ‘’à permettre à tous les habitants d’avoir un lien juridique avec un Etat pour se mettre à l’abri des risques terroristes’’.

 

La  conférence ministérielle sur l’apatridie  ouverte lundi à Abidjan et qui prend fin mercredi est organisée par le gouvernement ivoirien,  le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) conjointement avec la Communauté des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO).

 

 Selon le HCR, Sur les dix millions de personnes apatrides ou à risque d’apatridie dans le monde, plus de 700,000 vivent en Afrique de l’Ouest.


ALERTE INFO

Mardi 24 Février 2015 - 10:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter