L'armée israélienne a pris le contrôle du Rachel-Corrie

Comme il y a 5 jours, les soldats israéliens ont arraisonné le Rachel-Corrie qui refusait de répondre aux injonctions de la marine. Cette fois, affirme la porte-parole de l'armée israélienne, il n'y a eu aucune violence. Le cargo irlandais rempli d'aide humanitaire naviguait vers Gaza et refusait de se dérouter vers le port israélien d'Ashdod.



La marine israélienne est intervenue ce samedi matin 5 juin 2010 pour empêcher le Rachel-Corrie d'atteindre le port de Gaza.
La marine israélienne est intervenue ce samedi matin 5 juin 2010 pour empêcher le Rachel-Corrie d'atteindre le port de Gaza.
La marine israélienne a finalement pris le contrôle du Rachel-Corrie après plusieurs sommations et « avec le total accord de l'équipage et des passagers à son bord » d'après la porte-parole de l'armée.

A quatre reprises au moins, l'armée israélienne avait diffusé ce samedi 5 juin au matin, le message suivant à l'équipage du cargo iralandais : « Nous sommes la marine israélienne. Vous êtes en train d'approcher une zone hostile qui fait l'objet d'un blocus naval. La région de Gaza, la côte de Gaza et le port de Gaza sont fermés à tout mouvement maritime. Israël vous invite à vous rendre dans le port d'Ashdod pour transférer l'aide humanitaire par voie terrestre ».

Mais le Rachel-Corrie, ses 15 passagers irlandais et malaisiens et sa cargaison d'aide humanitaire, qui était encerclé et suivi par la marine depuis le petit matin n'a pas tenu compte de ces différents appels et a continué à faire route vers l'enclave palestinienne. Les autorités israéliennes, ayant à maintes reprises répété qu'il était hors de question de laisser s'ouvrir une brèche dans le blocus naval qu'elles imposent depuis 3 ans à la bande de Gaza, un abordage était devenu inévitable.

Mais aucune violence n'a été signalée, aucun coup de feu n'a été tiré. Les militants à bord du Rachel-Corrie avaient fait part, à plusieurs reprises, de leur détermination à briser le blocus de Gaza mais aussi de leur intention de ne pas opposer de résistance violente.


A la mi-journée le bateau irlandais Rachel-Corrie a été escorté vers le port israélien d'Ashdod. De là, on peut s'attendre à un scénario similaire à ce qui s'est passé en début de semaine. La cargaison va être soigneusement inspectée et déchargée. Les militants vont être débarqués avant d'être expulsés vers leurs pays d'origine. Quant au blocus naval de Gaza, il n'aura pas été brisé, il reste en place, même si après l'abordage sanglant du Mavi-Marmara, rien ne sera tout à fait comme avant car Israël reste aujourd'hui sous très forte pression internationale et devrait être contraint à alléger d'une façon ou d'une autre son blocus contre l'enclave palestinienne.

Rfi

Samedi 5 Juin 2010 - 15:49



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter