L’audacieux mercato de l’OGC Nice

Cet été, les Aiglons ont rapidement fait oublier le départ d'Hatem Ben Arfa grâce à des renforts aux noms clinquants.



La fortune sourit aux audacieux. Ce proverbe, l’OGC Nice espère bien qu’il se confirmera tout au long de cette saison 2016/2017. L’an passé, le club azuréen avait déjà fait sensation en réussissant le pari de relancer un Hatem Ben Arfa sans club (17 buts et 6 passes décisives en 34 matches de L1) avant de finir à une quatrième place synonyme d’Europa League. Cette saison, beaucoup s’interrogeaient tout de même sur la capacité du Gym à reproduire ce genre de coup, aussi bien sur le terrain que sur la scène du mercato. Aujourd’hui, la saison 2016/2017 n’en est qu’à ses débuts, mais la réponse des Aiglons ne s’est pas fait attendre.
 
Sur le terrain, le club du président Rivère a démarré le présent exercice de fort belle manière avec deux victoires (contre Rennes et Angers) et un nul (face à Lille) en trois matches. Troisième du classement de Ligue 1, le Gym est bien présent. Idem en ce qui concerne le marché des transferts. Orpheline de l’homme lui ayant permis de retrouver le sourire, la formation sudiste a réussi à remplacer Claude Puel (parti à Southampton) par l’expérimenté Lucien Favre. Un coach réputé pour ses qualités de formateur et souvent annoncé dans des clubs plus huppés que Nice (Stuttgart, Galatasaray, Marseille, Lyon entre autres). Un premier bon coup.
Le gros coup Balotelli
 
Jérémy Pied, Hatem Ben Arfa, Valère Germain (retour de prêt) et Nampalys Mendy partis, l’OGCN a ensuite su mettre la main à la poche pour compenser les départs de ses cadres. Un investissement malin et surtout audacieux. À l’heure où bon nombre de clubs de ce standing peinent à se relever après un traditionnel pillage estival, Nice a su convaincre des recrues de renom. En défense, le Brésilien Dante Bonfim a accepté de quitter Wolfsbourg afin de travailler à nouveau sous les ordres de Favre. Le tout en consentant une baisse de salaire. Une recrue d’expérience (1 Ligue des Champions, 1 Mondial des clubs). Puis ce fut le coup de maître. Médiatiquement parlant, tout du moins.

En perdition après des passages désastreux à Liverpool et au Milan AC, Mario Balotelli a fait sensation en débarquant sur la Promenade des Anglais. Là encore, le Gym a su flairer le bon coup en engageant un joueur certes qualifié d’ingérable, mais dont le potentiel n’a jamais été démenti sans avoir déboursé la moindre indemnité de transfert. Un pari risqué, mais assumé. « On verra bien ce que ça donne. On sait qu’on prend un risque, on l’assumera. Mais faire venir Balotelli à Nice, oui, on est contents », a déclaré un membre du club à L’Équipe. Après Ben Arfa, le Gym parviendra-t-il à relancer un autre talent en perdition ? Impossible de se prononcer pour le moment, même si Nice est déjà gagnant en termes de retombées médiatiques.

Enfin, le prêt de dernière minute du Marocain Younés Belhanda est là encore bien tenté. Après des expériences mitigées au Dynamo Kiev et à Schalke 04, l’ancien Montpelliérain est également un pari. En clair, Nice espère retrouver le Belhanda ayant fait les beaux jours de Montpellier, à savoir un titre de champion de France en 2012 et un bilan de 22 buts et 6 passes décisives lors de ses deux dernières années héraultaises. Au final, beaucoup de paris faits à moindre coup (Nice a dépensé 7,5 M€ pour 15,5 M€ d’encaissés) et qui pourraient rapporter gros. Et si ce n’est pas le cas, personne ne pourra reprocher aux dirigeants niçois d’avoir animé de la sorte le mercato estival 2016 de Ligue 1.

Source: Footmercato.net


Jeudi 1 Septembre 2016 - 08:11



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter