L’avenir de la riziculture se trouve en Afrique, selon Papa Abdoulaye Seck

La transformation de l’agriculture préoccupe beaucoup les Etats africains et leurs dirigeants. En effet conscient des potentialités agricoles du continent, experts et décideurs politiques plaident pour que la transformation de l’agriculture, sur la question de l’autosuffisance en riz. Le continent africain est l’avenir de la riziculture, soutient le ministre en charge de l’agriculture. Car pour Papa Abdoulaye Seck, l’Afrique a tous les atouts pour y arriver. La tutelle a fait cette déclaration à l’issue du deuxième jour du colloque organisé par la Banque Africaine de Développement (BAD) sur le thème « Nourrir l’Afrique : Un plan d’action pour la transformation de l’agriculture Africaine ».



L’avenir de la riziculture se trouve en Afrique, selon Papa Abdoulaye Seck
Le continent africain dispose de tous les atouts pour devenir le lieu de production et de transformation du riz. Ces assurances sont de Docteur Papa Abdoulaye Seck. En effet de l’avis du ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, l’Asie producteur historique de riz est en train de perdre cette vocation et ne dispose plus de terres arables à cause de sa démographie galopante mais aussi de la poussée industrielle. Ainsi, le temps est venu pour l’Afrique de se lancer non seulement dans la production de riz mais aussi dans l’exportation », conclut ce dernier. 


Par conséquent le Sénégal à l’instar des autres pays africains doit mettre en place des mécanismes pour financer la recherche et assurer la vulgarisation en mettant en place des unités industrielles de transformation.  En outre, de l’avis du ministre de l'Agriculture:  «La recherche agricole est fondamentale car elle permet d’avoir plus de variétés, gage d’une bonne transformation du secteur», souligne Papa Abdoulaye Seck. Mais l’atteinte de tels défis passe par la réduction des pertes post-récoltes qui représentent 20% à 30% de la production. Et pour cela, le ministre en appelle à la BAD afin que l’institution financière s’intéresse encore plus à la phase post-récolte.      

Khadim FALL

Jeudi 22 Octobre 2015 - 15:26



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter