L’égo surdimensionné d’Abdoul Mbaye déroutait Macky Sall et ses proches

Macky Sall et Abdoul Mbaye se supportaient simplement lors des six derniers mois de compagnonnage. Le président de la République souffrait du fait que son Premier ministre ne s’écrase pas devant lui comme tout le reste de la République. Son entourage lui faisait souvent la remarque. Une ambiance morose et insidieuse s’était finalement installée dans ces relations jadis empreintes de cordialité et d’honneur. En plus des bruits de couloir qui suintaient du palais, le débat télévisé de la RTS au soir du remaniement le lundi 2 septembre a tout confirmé.



L’égo surdimensionné d’Abdoul Mbaye déroutait Macky Sall et ses proches
Les masques sont tombés après la défenestration d’Abdoul Mbaye. Hormis ceux qui le combattaient ouvertement, ces éternels pourfendeurs auprès du chef de l’Etat tapis dans l’ombre sont sortis au grand jour. Ils estiment qu’il y a des raisons valables et objectives, mais il y en aussi qui sont subjectives.
 
«Abdoul Mbaye ne faisait que valoriser sa personne. J’ai étudié à HEC, j’ai fait ceci, j’ai fait cela», a déclaré le Directeur général de la RTS, Racine Talla. Il a reproché à l’ancien Premier ministre le fait qu’il était aussi trop déconnecté des réalités sénégalaises.
 
L’administrateur du groupe Avenir communication, Madiambal Diagne a analysé qu’il y avait presque un manque de respect à l’endroit du président de la République. Il est revenu sur l’affaire du Comité exécutif du CIO à Genève. «Si un de mes agents me défie comme l’a fait Abdoul Mbaye avec le président de la République, je l’aurai mis à la porte. Macky Sall avait fait une lettre de soutien à Diagna Ndiaye qui portait la candidature du Sénégal. Malgré tout cela, le Premier ministre a maintenu sa candidature et est allé à Genève ce qui nous a fait perdre ce poste» a-t-il soutenu en filigrane sur le plateau de la RTS en compagnie de Mame Less Camara qui était plus modéré.
 
Dans les lambris dorés du palais présidentiel, Abdoul Mbaye était finalement vu du coin de l’œil. Comme le dit notre excellent Ibou Fall de Sud quotidien : «Le panache de sa saga, le port altier, le timbre cristallin de la diction impeccable, le trait racé… Un authentique doom’ou madame, fils de famille que la jeunesse dorée dakaroise reconnait de longue date comme un de ses piliers» dérangeait beaucoup. Ils ont commenté à satiété ses déclarations dans la presse «je n’ai pas demandé à être Premier ministre». Des proches du président de la République sont allés jusqu’à dire “ce monsieur là ne respecte pas le président. Il dois être démis de ses fonctions”. Une grande campagne est ainsi enclenchée de manière insidieuse pour le “bouter” hors de la primature. Cette rogne est ravivée par ses déclarations dans l’émission “Les Affaires de la Cité” animée par Mamoudou Ibra Kane sur la TFM. Un rapport circonstancié a été fait au chef de l’Etat dès son retour de Windhoek. Macky Sall décida alors de convoquer son Premier ministre. C’est là où le clash est intervenu. Le président de la République est passé à l’acte après avoir mûri le projet de remaniement du gouvernement depuis des mois.

Jean Louis DJIBA

Mercredi 4 Septembre 2013 - 14:13




1.Posté par aert le 04/09/2013 15:37
'Ego surdimensinné' 'déconnecté des réalités sénégalaises' . Ca c'est vrai !!!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter