«L’image du Sénégal est entre les mains de la presse en ligne » (Ministre)

Le Bureau exécutif de l’Association des Professionnels de la Presse en Ligne (Appel) a rencontré le Ministre de la Communication, des télécommunications et des Tics, Moustapha Guirassy ce mardi 29 mars 2011. L’objectif était de présenter l’Association et d’étudier la possibilité d’un partenariat avec la tutelle.



 «L’image du Sénégal est entre les mains de la presse en ligne » (Ministre)
« L’avenir de la presse, c’est la presse en ligne », a confié le Président de l’Association des professionnels de la presse en ligne (Appel), M Ibrahima Lissa Faye qui a magnifié cette rencontre avec le Ministre. Selon lui, cette rencontre est la première après la mise sur pied de ladite association et entre dans le cadre d’une série d’entrevues avec les partenaires institutionnels, techniques et financiers et, aussi avec les organisations professionnelles de la presse avant le démarrage de leurs activités».

Le Ministre pour sa part, s’est réjoui de cette rencontre et a notifié que «la presse en ligne est un secteur important vu le nombre de lecteurs qu’elle draine par jour (plus de 500 000). Elle prend également en charge la question de l’image de notre pays, de nos institutions, la cohésion sociale et l’éducation de nos enfants. C’est une lourde responsabilité vu l’incidence qu’elle peut avoir par rapport à l’investissement étranger d’où la nécessité pour les acteurs d’informer juste et vrai ».

L’APPEL englobe en son sein deux commissions : éthique et stratégie/développement. S’agissant de la commission éthique et déontologie elle est chargée d’assainir le secteur parce qu’il n’est pas rare de voir des citoyens proférer des insultes et des propos obscènes à l’endroit des gouvernants. Et, justement, une des missions principales de cette commission est d’enrayer ce phénomène.

Quant à la commission stratégie et développement, elle prend en charge les difficultés auxquelles, ce secteur est confronté. Il y a beaucoup de choses à faire pour que les acteurs puissent vivre de ce métier. Dans ce sillage, il urge d’allouer un fonds à ce secteur qui offre l’instantanéité et est le seul à permettre aux étrangers de vivre les événements en temps réel.

Marième FAYE

Mardi 29 Mars 2011 - 17:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter