L'inexorable disparition des éléphants d'Afrique

Le congrès mondial de la nature s'est ouvert jeudi 1er septembre à Hawaï sur un constat accablant : l'éléphant d'Afrique est en danger de mort. Entre le braconnage et la destruction de leur habitat, les pachydermes ont perdu 30% de leur population en 7 ans.



C'est une enquête de plus de 6 millions d'euros financée par Paul Allen, le cofondateur de Microsoft, qui a permis d'établir un recensement très précis de l'éléphant de savane et de son cousin de la forêt. Plus de 100 scientifiques se sont mobilisés pendant deux ans pour survoler plus de dix-huit pays du continent africain. Et les conclusions sont accablantes.
 
Bien que vivant en majorité dans des zones protégées, le déclin de l'animal s'accélère pour atteindre un taux de 8% par an. Ils étaient encore plus d'un million dans les années 1970, il n'en reste plus qu'un tiers aujourd'hui.
 
Les causes de ce recul sont pourtant connues : il s'agit d'abord du braconnage, car les éléphants sont encore et toujours abattus pour l'ivoire de leurs défenses. Ce commerce en direction de la Chine est favorisé par l'émergence d'une classe moyenne dotée d'un fort pouvoir d'achat qui favorise la mise en place de réseaux criminels d'exportation. L’« or blanc » se négocie à plus de 1 000 euros le kilo.
 
Mais les ravages de l'homme ne s'arrêtent pas là, les éléphants sont aussi victimes de l'extension de l'agriculture qui empiète sur leur habitat naturel.


Source: Rfi.fr


Dimanche 4 Septembre 2016 - 08:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter