L’opposition et la balle de Wade.



L’opposition et la balle de Wade.
Le Bloc pour le Renforcement de la Démocratie BRDS a décerné au Président Wade, la palme d’or du meilleur footballeur électoral de tous les temps et sous tous les cieux.

Tous nos appels à l’opposition n’ont servi à rien : nous avons été rencontrer Monsieur Tanor Dieng, Monsieur Talla Sylla et Monsieur Mamadou Diop. Nous avons cherché à rencontrer en vain Monsieur Moustapha Niasse, Monsieur Batchily et plusieurs leaders de l’opposition et de la société civile, pour la formation d’un Front National de mobilisation contre le régime libéral.

Mes principaux soutiens étaient la Sénélec, Global Voice, les inondations, l’ONAS, la Soned, les marchands ambulants, les mendiants, la jeunesse désoeuvrée, les détournements de deniers publics, les courants au sein du PDS, la Génération du Concret et …. Le PDS lui-même.
Mais, mon plus grand soutien est le président de la république lui-même qui publiquement envoie la balle dans le camp de BENNOO.
Il nous indique très généreusement la conduite à prendre :
Il demande solennellement à Ousmane Tanor Dieng et à El Hadj Moustapha Niasse de s’entendre et de regrouper autour d’eux :
- Tous les partis politiques de bennoo siggil Sénégal,
- Tous les partis politiques de bennoo taxawaal Sénégal,
- Tous les partis politiques non alignés,
- Tous les partis politiques indépendants.
Cette méga coalition s’associera avec la société civile pour mettre en place une équipe qui gardera indéfiniment la balle de Wade.
Ce front doit s’attendre à des élections COUPLEES ANTICIPEES et donc, l’urgence du dialogue que demande notre peuple est la mise en place des ASSISES DE L’OPPOSITION SENEGALAISE. S’unir ou périr : SEPI JOTNA.
Il est inutile de dialoguer avec un pouvoir moribond, sourd et aveugle.
Parlons nous entre nous et écoutons notre peuple. Il n’en peut plus, il est arrivé au bout du rouleau.
Nos jeunes sont des chômeurs cinquantenaires dont l’avenir est derrière eux. Nos vieux sont des cadavres ambulants.
Notre pays, tout notre pays est une épave en perdition.
Cet appel n’est pas pour nous le vingtième, mais il sera le dernier. S’il ne trouve pas un écho favorable, cela voudra dire que je me suis toujours adressé à des taupes du pouvoir, tapies au sein de l’opposition qui marche à reculons.


El Hadj Hamidou Diallo,
Secrétaire Général du BRDS,
Coordonnateur de la Coalition des Non Alignés
77 444 21 94

El Hadj Hamidou Diallo

Lundi 13 Septembre 2010 - 11:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter