LE PROPHÈTE MOUHAMMED (PSL) VU PAR DES PENSEURS OCCIDENTAUX

Durant l'époque des croisades, le prophète Muhammad (que la paix et la bénédiction soient avec lui) fut l'objet de calomnies de toutes sortes. Avec l'avènement de l'âge moderne, cependant, marqué par plus de tolérance religieuse et de liberté de pensée, il y eut un grand changement dans l'approche des auteurs occidentaux, dans leur façon de décrire sa vie et son caractère. L'exposé de certains érudits non-musulmans concernant le Prophète Muhammad, va, d'ailleurs, justifier cette opinion.



la barrière en or du mausolée du prophète Psl
la barrière en or du mausolée du prophète Psl
N'avons-nous pas une preuve incontestable de sa qualité-même de prophète dans la façon dont cet homme illettré, qui avait mené pendant quarante ans une existence dépourvue de tout trait saillant, réussit, dès qu'il commença à prêcher son message, à impressionner toute l'Arabie, émerveillée et fascinée par la magnifique éloquence des versets que cet homme récitait ? Cette beauté incomparable n'avait pas d'égal, dans toute la région, parmi les plus grands poètes, prédicateurs et orateurs. Et surtout, comment se fait-il qu'il était capable d'énoncer des vérités de nature scientifique, contenues dans le Coran, que nul n'était censé avoir découvertes à l'époque ? 

Enfin, et ce n'est pas tout, pourquoi dut-il mener une vie difficile même après qu'il eut acquis pouvoir et autorité ? En fait, il suffirait de méditer ses dernières paroles: 

"Nous, qui formons la communauté des prophètes, n'avons pas d'héritiers. 
Ce que nous laissons, c'est pour la charité".
 
 

CE QUE DISENT LES SAVANTS OCCIDENTAUX DU PROPHÈTE MOUHAMMAD (SAWS)

Alphonse Marie Louis de Prat de Lamartine 1790-1869.
Alphonse Marie Louis de Prat de Lamartine 1790-1869.
Alphonse De Lamartine dans : Histoire de la Turquie, Paris, 1854. Tome 1 et Livre 1-p.280: 

A vrai dire, Muhammad (que la paix et la bénédiction soient avec lui) représente le dernier maillon de la chaîne des prophètes envoyés dans les différentes terres et les différents temps, depuis le commencement de l'existence de la vie humaine sur cette planète. 

« Si la grandeur du dessein, la petitesse des moyens, l'immensité du résultat sont les trois mesures du génie de l'homme, qui osera comparer humainement un grand homme de l'histoire moderne à Muhammad ? Les plus fameux n'ont remué que des armes, des lois, des empires; il n'ont fondé (quand ils ont fondé quelque chose) que des puissances matérielles écroulées souvent avant eux. Celui-là a remué des armées, des législations, des empires, des peuples, des dynasties, des millions d'hommes sur un tiers du globe habité; mais il a remué de plus des autels, des dieux, des religions, des idées, des croyances, des âmes,... sa longanimité dans la victoire, son ambition toute d'idée, nullement d'empire, sa prière sans fin, sa conversation mystique avec Dieu, sa mort et son triomphe après le tombeau attestent plus qu'une imposture, une conviction. Ce fut cette conviction qui lui donna la puissance de restaurer un dogme. Ce dogme était double, l'unicité de Dieu est, l'autre disant ce qu'il n'est pas; l'un renversant avec le sabre des dieux mensongers, l'autre inaugurant avec la parole une idée! Philosophe, orateur, apôtre, législateur, guerrier, conquérant d'idées, restaurateur de dogmes rationnels, d'un culte sans images, fondateur de vingt empires terrestres et d'un empire spirituel, voilà Muhammad! 
A toutes les échelles où l'on mesure la grandeur humaine, quel homme fut plus grand ? » 

 
 
 
Edwaed Gibson
Edwaed Gibson
Edward Gibbon et Simon Ocklay dans: History of the Saracen Empire: 

« Ce n'est pas la propagation mais la permanence de sa religion qui mérite notre émerveillement; la même impression, pure et parfaite, qu'il laissa à la Mecque et à Médine, se retrouve, après douze siècles écoulés, chez les Indiens, les Africains et les Turcs, prosélytes du Coran... Les Musulmans ont su résister, uniformément, à la tentation de réduire l'objet de leur foi et de leur dévotion au niveau des sens et de l'imagination de l'homme. "je crois en Un seul Dieu et en Muhammad, Son prophète"; ceci enferme la profession de foi de l'Islam, de façon simple et invariable. L'image intellectuelle de la Divinité ne s'est jamais vue dégradée par une idole quelle qu'elle soit; les hommages rendus au prophète n'ont jamais franchi la mesure de la vertu humaine; et ses préceptes vivants ont restreint la gratitude de ses disciples dans les limites de la raison et de la religion ». 
 
 
Benjamin Bosworth Smith (1784-1884)
Benjamin Bosworth Smith (1784-1884)
Bosworth Smith dans : Mohammad and Mohammadanism. Londres, 1874; p. 92 / 

« Il était César et le Pape réunis en un seul être; mais il était le Pape sans avoir les prétentions du Pape, et César sans avoir les légions de César: sans armée, sans garde du corps, sans palais, et sans revenu fixe; s'il y a un homme qui a le droit de dire qu'il règne par la volonté divine, ce serait Muhammad, puisqu'il a tout le pouvoir sans en avoir les instruments ni les supports ». 
 
 
[VIDÉO]  Le Prophète Mouhammed (PSL) vu par des penseurs occidentaux
Annie Besant dans The Life and Teachings of Muhammad. Madras, 1932, p. 4: 

« Il est impossible, pour quelqu'un qui étudie la vie et le caractère du grand Prophète d'Arabie, pour quelqu'un qui sait comment il enseignait et comment il vivait, d'avoir d'autre sentiment que le respect pour ce prophète prodigieux, un des grands messagers de l'Etre Suprême. Et même si mes discours contiennent bien des choses qui sont familières à beaucoup d'entre vous, chaque fois que moi-même je les relis, je sens monter en moi une nouvelle vague d'admiration, un nouveau sende révérence, pour ce prodigieux grand maître arabe. » 

W. Montgomery dans Mohammad at Mecca. Oxford, 1953; p. 52: 

« La façon dont il accepta les persécutions dues à ses croyances, la haute moralité des hommes qui vécurent à ses côtés et qui le prirent pour guide, la grandeur de son oeuvre ultime, tout cela ne fait que démontrer son intégrité fondamentale. La supposition selon laquelle Muhammad serait un imposteur soulève plus de problèmes qu'elle n'en résout. Cependant, aucune des grandes figures de l'histoire n'est si peu appréciée en Occident que le Prophète Muhammad. » 


 
 
 
James A. Michener: écrivain, collectionneur d'art et philanthrope.
James A. Michener: écrivain, collectionneur d'art et philanthrope.
James A. Michener dans : Islam: The Misunderstood Religion".
Dans la revue Reader's Digest (édition américaine), numéro de mai 1955, p. 68-70.
 

« Homme d'affaires prospère dès l'âge de vingt ans, il devait bientôt devenir directeur des caravanes de chameaux d'une veuve fortunée. Celle-ci, reconnaissant ses mérites, lui proposa le mariage. Bien qu'elle fût de quinze ans son aînée, il l'épousa et fut un époux dévoué jusqu'à sa mort. De même que la plupart des grands prophètes qui le précédèrent, Muhammad chercha à éviter l'honneur de transmettre la parole divine, se considérant comme indigne d'accomplir cette tâche. Mais l'ange lui ordonna: "Lis !". De ce que nous connaissons de sa vie, nous savons que Muhammad ne savait ni lire ni écrire, mais il commença à dicter des mots qui lui étaient inspirés, et qui allaient bientôt transformer une grande partie du globe par le verset: "il n'y a qu'Un seul Dieu".
Sur tous les plans, Muhammad était un esprit éminemment pratique. Lorsque son fils bien aimé, Ibrahim, mourut, il y eut une éclipse, et des rumeurs, disant que Dieu lui avait exprimé personnellement Ses condoléances, s'étendirent rapidement. Or, on dit que Muhammad lui-même affirma qu'une éclipse étant un phénomène naturel, il est insensé d'attribuer ce genre de phénomène à la naissance ou à la mort d'un être humain". 
Lors de la mort de Muhammad, certains voulurent le déifier, mais son successeur administratif mit fin à cette vague d'hystérie par une des paroles les plus belles de l'histoire religieuse: "Si l'un d'entre vous alla jusqu'à rendre un culte à Muhammad, il est mort. Mais si c'est à Dieu qu'il rend un culte, Il vivra pour l'éternité" ». 


Michael H. Hart dans : The 100: A Ranking of the Most Influential Persons in History. New York: Hart Publishing Company, Inc. 1978, p. 33: 

« Certains lecteurs seront peut-être surpris de me voir placer Muhammad en tête des personnalités ayant exercé le plus d'influence dans le monde, et d'autres contesteront probablement mon choix. Cependant, Muhammad est le seul homme au monde qui ait réussi par excellence sur les deux plans: religieux et séculier. » 

Asfiyahi.org

Dimanche 28 Décembre 2014 - 13:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter