LETTRE OUVERTE A SINDIELY WADE, AZIZ SOW et AZIZ DIENG




Lettre ouverte à Sindiely Wade, Aziz Sow et Aziz Dieng en sa double qualité de président de l’Ams (association défendant les droits des artistes sénégalais) et programmeur des artistes étrangers du Fesman.



LETTRE OUVERTE A SINDIELY WADE,  AZIZ SOW et  AZIZ DIENG
je n’ai à ce jour ni signé ni reçu aucune rémunération pour ma participation à ce dit festival …

En effet ayant été contacté par monsieur Aziz Dieng et déplacé de Dakar à Ziguinchor le 07/11/2010 à titre gracieux pour la conférence de presse portant sur labellisation du ZigFest, ayant dans un communiqué de presse publié mon nom comme faisant partie de la délégation du fesman composée de Sindiely Wade, Aziz SOW et Aziz DIENG entre autres , m’ ayant demandé de prononcer un discours au nom de la Casamance et m’ayant même demandé de chanter en play back ma dernière production « roots » je n’ ai a ce jour ni signé ni reçu aucune rémunération pour ma participation a ce dit festival …

N’ayant aucune nouvelles de l’organisation et me rendant compte que la population de Casamance était dans l’attente j’ai décidé d’honorer mon engagement dans cette manifestation le 27/12/2010 pour mon plus grand bonheur, celui des ziguinchorois et des téléspectateurs qui ont tous apprécié ma prestation (en direct sur la RTS) et qui m’ont réservé un accueil plus que chaleureux.

Fort de mes convictions car la musique est pour moi avant tout un sacerdoce, un contrat moral et affectif, J ai ainsi payé mon billet d’avion, mon hôtel et ma restauration pour ne pas décevoir le public casamançais mon groupe n’ayant pas pu se déplacer faute de contrat monsieur Aziz Dieng étant devenu injoignable.

Je suis un artiste qui se bat au quotidien pour que la musique de mon pays évolue dans la diversité et l’ouverture et je pense aujourd’hui que le courant musical que je représente et pour lequel je me bat à savoir la « musique folk acoustique » bien que sous représenté dans la programmation du fesman a gagné du terrain sur la scène musicale sénégalaise et offre de nouvelles perspectives à notre représentativité internationale.

Je suis aussi un artiste qui essaye dans sa démarche globale tente d’œuvrer pour la cohésion nationale et la paix en Casamance en prônant le dialogue et l’alternative culturelle pour une paix durable même si aujourd’hui je peine a expliquer le pourquoi de l’absence des artistes majeures de la Casamance dans la programmation officielle du festival mondial des arts négres (qui se révèle être à ce jour la plus grande vitrine de ce que le Sénégal produit de meilleur dans le domaine de la musique) quant on sait ce que la Casamance a apporte et continue d’apporter dans la culture Sénégalaise.

Je suis revenu en Afrique avec un savoir, une musique et le cœur chargé d’amour et de projets pour mon pays et je demeure persuadé que c’est les jeunes artistes sénégalais qui écriront les chansons, peindront les tableaux et sculpteront les statues qui rendront fières les générations futures de sénégalais. Je suis attristé quant je vois autant d’indifférence et de mépris face à la créativité sénégalaise. Je ne crois pas que ce fut l’esprit de l’initiateur, hélas, mais ce troisième festival mondial des arts nègres qui demeurera dans les mémoires comme un grand moment de cultures pour la race noire aura été le théâtre de blessures, de meurtrissures et de règlement de compte pour la plupart des acteurs de la culture sénégalaise. J’avais dit que le linge sale se lave en famille au seuil de la nouvelle année nous voila en famille !

Aujourd’hui que je sais ne pas faire partie de la programmation officielle du fesman, que j’apprend que le fesman ne reconnaît pas ma participation au dit festival il demeure important pour moi de vous poser la question pourquoi m y avoir associé si, la participation d’artiste sénégalais comme moi ne présente pour vous aucun intérêt pour le Sénégal et la Casamance ?

Je n’ ai à ce jour ni signé ni reçu aucune rémunération pour ma participation a ce dit festival …
Pour avoir participé au fesman et défendu les couleurs de la Casamance ,du Sénégal à Ziguinchor je demande officiellement à la délégation du festival mondial des arts nègres de me réserver le même traitement que les autres artistes ayant participé à ce festival dans le respect la justice et l’équité.

Ma foi en la culture et aux hommes de cultures demeure cependant intacte je me battrais pour donner et recevoir tous ce que mon pays aura à offrir culturellement à ses enfants et au reste du monde. Homme de culture je suis homme de culture je resterai avec la grâce de Dieu.
Musicalement !



Metzo Djatah

Mardi 11 Janvier 2011 - 11:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter