La 2ème pluie fait des dégâts: 2 morts à Yeumbeul et Koungheul



C’est le premier mort d’homme lié à la pluie qui s’est abattue hier en début de matinée sur la banlieue. Le drame a eu lieu au quartier Mor Ngom situé à Hafia 5 dans la commune de Yeumbeul-Sud. La pluie terminée, hommes et femmes se sont retroussé les manches pour dégager l’eau. Aboubacry Sané pour sa part, a choisi de monter sur la terrasse de la maison à étages qu’il occupe avec d’autres locataires. Chef de famille et vigile dans une société dénommée Vagassistance, il a voulu ainsi protéger sa famille de l’eau qui pouvait, à force de stagner, percer la terrasse et se déverser dans les chambres.

 
Hélas, en se hissant sur la terrasse de la maison, le vigile était loin de se douter que les lieux arrosés par la pluie étaient devenus glissants.  A peine, a-t-il accédé à la terrasse, qui ne dispose pas de gardes fous, Aboubacry Sané a malencontreusement glissé avant de chuter sur le sol. Une lourde chute qui n’a laissé aucune chance au vigile, père de cinq (5) enfants et originaire de Mangangoulé dans le département de Bignona.
 

Tristesse te consternation sont les sentiments les mieux partagés à Arafat, un village religieux situé à dans la commune de Missira Wadène et distant de 42 km de Koungheul. Des fortes pluies y ont causé la mort d’un bébé de neuf (9) mois. Avant-hier, une forte pluie (100 mm) précédée d’un vent violent, surprend les populations alors plongés dans les bras de Morphée aux environs de 02 heures du matin. Et certaines personnes qui ont malheureusement leurs constructions en banco, ont été les premières victimes de cette pluie diluvienne qui a presque tout ravagé sur son chemin.


D’énormes pertes matérielles sont enregistrées avec 150 maisons emportées, sert "l'Observateur". Pire, dépassée par la tournure des évènements, la dame Aïda Niang qui avait laissé son bébé au lit, s’empresse dans la pénombre de sortir ses bagages mais trop tard car au moment de sortir de la chambre, une partie du mur s’affaisse sur son bébé de 9 mois. Alertés les hommes du village se mobilisent pour apporter les premiers secours au petit Oumar Ndiaye qui était dans un premier temps introuvable sous les tas de briques. Ce n’est qu’au petit matin que son corps sans vie sera retrouvé sous les eaux.  


Jeudi 16 Juillet 2015 - 11:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter