La Centif a vendu Ousmane Ngom à l’IGE: les parties croustillantes de l'enquête

L’Inspection Générale d'Etat (IGE) reprend du service. Elle a mis sur la table les rapports de la CENTIF qui épinglent certaines personnalités dont des ministres et Directeurs généraux et d'anciens directeurs généraux. Ousmane Ngom est interpellé sur «tractations concernant Sécuriport pour des redevances aéroportuaires et sur des prétendus marchés fictifs d’achat de véhicules, de fourniture de matériel électoral pour la présidentielle 2007, entre autres griefs». Des gradés de la police nationale pourraient être inquiétés de même que d'autres directeurs rattachés au ministère de l'Intérieur.



La Centif a vendu Ousmane Ngom à l’IGE: les parties croustillantes de l'enquête
La convocation et l’interrogatoire de l’ancien ministre de l’Intérieur, Ousmane Ngom par l’Inspection Générale d’Etat repose essentiellement sur un rapport de la Centif. Les informations contenues dans ce rapport ont été tellement troubles sans compter les personnalités impliquées que les enquêteurs de l’IGE se sont saisis du dossier. Me Ousmane Ngom a été interpellé sur les «tractations concernant Sécuriport pour des redevances aéroportuaires et sur des prétendus marchés fictifs d’achat de véhicules, de fourniture de matériel électoral pour la présidentielle 2007, entre autres griefs».
 
L’Inspection Générale d’Etat (IGE) tente ainsi, selon «l’Observateur» de faire la lumière sur certaines zones d’ombres ou irrégularités relevées. Ces présumées fautes ne seraient pas totalement imputées à Ousmane Ngom. Des gradés de la police seraient aussi impliqués et pourraient être entendus dans les prochains jours. «Des pratiques peu orthodoxes auraient été notées sur les écritures comptables de certains directeurs dudit ministère. Des observations compromettantes ont été transmises à l’IGE qui tente de faire l’éclairage requis avant de déposer les conclusions de l’enquête sur la table du président de la République», a souligné la même source.
 
Lors de la passation de services entre Ousmane Ngom et Mbaye Ndiaye, des réserves ont été apportées sur des partis du rapport. Le successeur du responsable libéral de Saint louis avait même sollicité la lumière sur certains quelques «irrégularités apparentes» de la gestion de son prédécesseur.
 
Me Ousmane Ngom n’a pas eu de peine à apporter des réponses sur certaines interpellations. Pour d’autres, il a promis d’y apporter des précisions avec plus de détails.
 
Cette procédure contre l’ancien ministre de l’Intérieur fait partie des dossiers d’audits 2008-2010. Ousmane Ngom ne sera pas le seul à être inquiété. D’autres personnalités où pontes de l’ancien régime sont sur la liste.


Lundi 29 Avril 2013 - 13:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter