La Côte d'Ivoire inaugure sa première usine de transformation de cacao

Cela peut paraître paradoxal, mais le premier producteur de fèves de cacao au monde ne produit quasiment pas de chocolat. Une erreur en passe d'être corrigée puisque l'un des géants du secteur, le français Cémoi, vient d'inaugurer sa première usine de transformation du beurre de cacao en pâte à tartiner ou en poudre pour le petit déjeuner. Cette usine a été inaugurée par le président Alassanne Ouattara dans la zone industrielle de Yopougon à Abidjan et les autorités ivoiriennes espèrent que c'est la première d'une longue série.



Le président ivoirien Alassane Ouattara (g.) a inauguré la première usine de transformation de beurre de cacao du pays, lundi 18 mai 2015, en présence de Benjamain Bessie (d.), le directeur national du chocolatier Cémoi qui contrôle le site. AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO
Le président ivoirien Alassane Ouattara (g.) a inauguré la première usine de transformation de beurre de cacao du pays, lundi 18 mai 2015, en présence de Benjamain Bessie (d.), le directeur national du chocolatier Cémoi qui contrôle le site. AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO

Bien qu'implantée depuis 20 ans en Côte d'Ivoire, ce n'est que depuis hier que l'entrepriseCémoi  transforme les fèves de cacao en chocolat. Un chocolat pour la consommation courante ivoirienne et plus tard sous-régionale puisque l'objectif annoncé par les dirigeants de l'entreprise française est de viser le marché de 350 millions de personnes que représente la Cédéao.

Mais pour le moment, on commence modestement avec 2 000 à 3 000 des 150 000 tonnes de fèves achetées chaque année par Cémoi aux planteurs ivoiriens. Cette usine, lorsqu'elle tournera à plein rendement, devrait créer 350 emplois permanents et il y aura, annonce-t-on, des emplois induits dans la commercialisation des produits.

Avec cette première expérience, ce qu'espèrent les autorités ivoiriennes, c'est que d'autres géants du secteur cacao suivent l'exemple, afin de limiter l'exportation de fèves brutes ou semi-transformées. Ce produit rapporte déjà la moitié des recettes  d'exportations de la Côte d'Ivoire mais ces revenus pourraient sans doute être décuplés si le beurre de cacao était raffiné sur place avant d'être revendu à travers le monde.


BBC Afrique

Mardi 19 Mai 2015 - 10:10



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter