La Cour des Comptes dresse un bilan sévère du quinquennat Hollande



En 2017, le gouvernement a lâché sur les dépenses et les économies, mettant en danger quatre ans d'efforts très coûteux. Dommage.
 
Du sang et des larmes. Voilà déjà ce que la Cour des Comptes promet au prochain gouvernement, quel qu’il soit. Pour tenir l’objectif de déficit annoncé à nos partenaires européens en fin de quinquennat, le ministre du Budget devra naviguer entre deux écueils.
 
Michel Sapin et Christian Eckert n’ont pas hésité en fin de mandat à surestimer les recettes fiscales et à sous-estimer les dépenses. Après nous, le déluge… Un classique sans doute, mais une occasion ratée aussi. A Bercy, Michel Sapin est le premier à espérer que les efforts fournis sous le quinquennat de François Hollande, et en particulier la purge fiscale du début, ne soit pas vains. Ils ont coûté suffisamment de points de popularité au président de la République.
 
François Hollande renonce : 4 économistes liquident son bilan
 
Mais les candidats auront beau jeu de s’appuyer sur ce bilan des Sages de la Rue Cambon pour demander qu’on ne soit pas trop regardant sur le chiffrage de leurs programmes électoraux. Petit florilège des dérapages des dépenses... et des illusions côté recettes, pointés par la Cour des comptes.
 
 
 
Des recettes trop optimistes
 
Le gouvernement actuel table sur une croissance de 1,5% en 2016 et 2017. On sait déjà qu’elle n’a été que de 1,1% l’an dernier. Il estime que la masse salariale va progresser globalement de 2,7% cette année. La Cour des comptes n’y croit pas. Il serait plus raisonnable de compter sur 0,2 à 0,4 point de moins…
Michel Sapin pourra mettre en avant son volontarisme politique pour excuser ce décalage de prévision de croissance. L’excuse sera moins recevable pour les autres petits tripatouillages budgétaires relevés par la Rue Cambon. En vrac : le gouvernement a modifié le régime d’acompte d’impôt sur les sociétés des grandes entreprises ; mis en place un acompte sur la majoration de taxe sur les surfaces commerciales ; modifié le calendrier de paiement de la taxe sur les véhicules de société…
Des dépenses bien vivaces
 
La hausse du point d’indice qui permet de calculer la rémunération des fonctionnaires va entraîner une nette croissance des dépenses de masse salariale de l’Etat. La revalorisation des carrières et les embauches ont aussi un effet dynamique. Au final, note la Cour :
 
"La masse salariale augmenterait autant sur la seule année 2017 que sur le total des six années de 2011 à 2016".
 
Vous avez dit année électorale ?
 
L’Etat a aussi multiplié les dépenses nouvelles : aides à l’embauche pour les PME, doublement du nombre de chômeurs en formation et revalorisation des bourses, sans prévoir en face des économies équivalentes.
 
Impôts, primes... Hollande joue au Père Noël à un an de la présidentielle
 
Enfin grand classique, de nombreuses dépenses ont été sciemment sous-évaluées, comme les opérations militaires extérieures (450 millions d’euros, alors qu’elles ont dépassé 1 milliard systématiquement ces dernières années). Idem pour l’allocation adulte handicapé, l’aide médicale d’Etat, l’hébergement d’urgence…
 
Conclusion
 
Le bilan du quinquennat en sort bien écorné, le sérieux de l’équipe Hollande-Moscovici-Sapin en prend un coup. Et plus question de se rattraper sur la baisse des taux d’intérêt : ils repartent à la hausse quand la dette, elle, ne baisse pas beaucoup.


Mercredi 8 Février 2017 - 08:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter