La France « en guerre » après 128 morts dans des attentats revendiqués par le groupe État islamique

État d'urgence, écoles fermées, manifestations interdites : la France était samedi en état de choc, au lendemain des attentats les plus meurtriers de son histoire, revendiqués par le groupe jihadiste État islamique (EI), qui ont fait au moins 128 morts.



Pour François Hollande, ces attaques sont un « acte de guerre ». Pour la première fois en France, des kamikazes ont été utilisés. Et contrairement aux derniers attentats, les jihadistes ont ouvert le feu de façon indiscriminée, cherchant à tuer le plus de personnes possible.

Huit assaillants sont morts, dont sept en se faisant exploser, dans cette série d’attaques perpétrées à Paris dans la salle de concerts du Bataclan, dans plusieurs rues du cœur de la capitale et près du Stade de France à Saint-Denis, au nord de Paris.

Le groupe EI (aussi appelé Daech, son acronyme en arabe) a revendiqué samedi ces attentats, dans un communiqué publié sur internet en français et en anglais: « Huit frères portant des ceintures explosives et armés de fusils d’assaut ont visé des sites choisis soigneusement au cœur de Paris. »

Un passeport syrien, pour lequel des vérifications sont en cours, a été retrouvé près d’un des assaillants, a-t-on appris de source policières.

C’est un acte de guerre commis par une armée terroriste, Daech.

Le président de la République a dénoncé depuis l’Élysée « un acte de guerre commis par une armée terroriste, Daech (…), planifié de l’extérieur et avec des complicités intérieures ». « La France sera impitoyable à l’égard des barbares de Daech », a promis François Hollande, qui a lancé un appel à « l’unité » et au « sang-froid ».

« Une boucherie »

Le groupe EI contrôle de larges pans de territoire en Irak et en Syrie et compte dans ses rangs des milliers d’étrangers, dont des centaines de Français. Il s’est fait connaître par des actes particulièrement sanglants (massacres et viols de masse, assassinats filmés d’otages, destruction de vestiges antiques…).

La France participe depuis plus de deux ans à la coalition internationale qui vise ce groupe en Irak et elle mène contre lui des frappes en Syrie depuis octobre.

François Hollande a décrété un deuil national de trois jours et annoncé qu’il s’exprimerait lundi devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles.

Ces attentats ont réveillé le douloureux souvenir de la vague d’attaques en janvier à Paris contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts et suscité une réaction inédite avec des manifestations de plusieurs millions de personnes en France.

Au Bataclan, site de l’attaque la plus sanglante vendredi avec un bilan provisoire d’au moins 82 morts, « on entendait hurler, tout le monde essayait de fuir, les gens se piétinaient… C’était l’enfer », a relaté un témoin qui assistait au concert dans la salle.

Un autre témoin, Pierre Janaszak, rapporte avoir « clairement entendu (les assaillants) dire aux otages ‘c’est la faute de Hollande, il n’a pas à intervenir en Syrie' ».

L’assaut des forces de l’ordre a été décidé « très vite parce qu’ils tuaient tout le monde », a confié une source proche de l’enquête. C’était « une boucherie », a témoigné un policier ayant participé à l’assaut, qui a vu les corps de « gens avec des balles dans la tête, des gens qui se sont fait tirer dessus alors qu’ils étaient à terre ».

Véhicule immatriculé en Belgique 

L’ampleur de cette tragédie a semé l’effroi, à peine plus de deux semaines avant la conférence sur le climat (COP21) au Bourget, au nord de Paris, où sont attendus des dizaines de chefs d’État et de gouvernement.

Au moins 128 personnes ont été tuées, sans compter les huit assaillants. Trois cents victimes des attentats de vendredi soir à Paris, dont 80 blessés en « situation d’urgence absolue » et 177 en urgence « relative », ont été prises en charge dans les hôpitaux de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, a annoncé samedi l’AP-HP, qui dit disposer des « capacités nécessaires ».

Parmi elles figurent aussi 43 « témoins ou proches », indique l’AP-HP dans un communiqué.

Au moins deux Belges figurent parmi les morts, selon le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders.

Le parquet a ouvert une enquête pour assassinats en relation avec une entreprise terroriste sur ces attaques, les plus meurtrières en Europe depuis les attentats islamistes de Madrid en mars 2004.

« La priorité, c’est d’identifier les corps, notamment ceux des terroristes, qui ont été pour la plupart pulvérisés lorsqu’ils se sont fait sauter. Une fois identifiés, il s’agira de déterminer si les terroristes ont profité de complicités », a expliqué une source policière à l’AFP.

Plusieurs témoignages font état d’assaillants arrivés à bord d’un véhicule immatriculé en Belgique. L’une des hypothèses, parmi d’autres, est celle d’une équipe venue de l’étranger, renforcée éventuellement de résidents français, selon une source proche du dossier.

Quatre assaillants sont morts au Bataclan, dont trois en actionnant une ceinture d’explosifs, le dernier étant tué lors de l’assaut des forces de l’ordre. Trois kamikazes sont morts au Stade de France, et un autre boulevard Voltaire.

Terrasses de café mitraillées

L’état d’urgence a été déclaré. L’Élysée a annoncé la mobilisation de « 1 500 militaires supplémentaires » et le renforcement des contrôles aux frontières.

La préfecture de police a interdit les manifestations sur la voie publique dans toute l’Ile-de-France jusqu’à lundi. Cette interdiction est prolongée jusqu’à jeudi à Paris et dans les départements limitrophes.

Tous les équipements municipaux parisiens (écoles, gymnases, marchés…) étaient fermés samedi, de même que les salles des principaux groupes de cinémas et, jusqu’à nouvel ordre, la Tour Eiffel.

En tout, six attaques quasi simultanées ont été menées vendredi soir, principalement dans les Xe et XIe arrondissements, avec de lourds bilans en particulier rue de Charonne (au moins 19 morts) et rue Alibert (au moins 12 morts). Les « assassins » ont « balayé avec des mitraillettes plusieurs terrasses de café », selon le préfet de police, Michel Cadot.

Au moins trois explosions ont retenti aux alentours du Stade de France, vers 21H20, pendant que 80 000 personnes, dont François Hollande, assistaient au match amical de football France-Allemagne.

Les principaux partis ont annoncé la suspension de leur campagne pour les élections régionales.

Les réactions de condamnation ont afflué du monde entier. Barack Obama a promis que les États-Unis allaient aider la France à « traduire les terroristes en justice ». Le président iranien Hassan Rohani, qui a reporté le voyage en Italie et en France qu’il devait effectuer à partir de samedi, a dénoncé des « crimes contre l’humanité ».

Source : Jeune Afrique



Dimanche 15 Novembre 2015 - 06:34



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter