La Méditerranée, un cimetière pour les migrants au mépris du droit international

Près de 2000 personnes sont mortes l'an dernier en essayant de gagner l'Europe. La plupart ont disparu en mer et encore, selon Migreurop, le réseau d'associations qui publie cette semaine la deuxième édition d'un Atlas des Migrants en Europe, ce bilan ne tient pas compte des embarcations qui ont disparu sans survivants, et donc sans témoins. Sans témoins ou presque car une plainte a été déposée pour manquement au devoir d’assistance aux naufragés de la Méditerranée. L'OTAN est dans la ligne de mire des associations.



La Méditerranée, un cimetière pour les migrants au mépris du droit international
Olivier Clochard: «C’est une des conséquences des révolutions arabes du printemps 2011»
Directeur de la publication de l'Atlas des Migrants en Europe, édité par le réseau Migreurop qui rassemble une quarantaine d'associations de migrants, de droits de l'homme, etc.
« ... les forces de l’Otan, étaient présentes dans cette région maritime de la mer Méditerranée et malgré une surveillance très renforcée de cet espace maritime, on a eu plusieurs exemples qui montrent que ces forces navales ne sont pas venues en aide à ces boat people. Il y a une responsabilité qui est engagée. D’ailleurs Migreurop et d’autres organisations ont porté plainte auprès du tribunal de grande instance de Paris pour essayer de savoir quels sont les responsables de ces «non assistance à personne en danger»... »
 


RFI

 



Vendredi 9 Novembre 2012 - 13:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter