La RADDHO exige la libération immédiate de Karim Wade

" Après plus de 20 mois de détention sans aucune preuve", l'heure de la liberté a largement sonné pour Wade-fils, décrète la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) par la voix de son secrétaire général, Aboubacry Mbodj.



Le droit de l'hommiste s'est prononcé en marge du séminaire de formation à l'actif de la RADDHO. L'affaire du fils du président sortant Wade s'invite dans les débats. Aboubacry Mbodj réclame la libération immédiate de Karim. Selon lui, plus de 20 mois de détention sans aucune preuve et sans condition de l’ancien ministre de la Coopération internationale sont largement suffisants.


«On ne peut pas éternellement le mettre en prison. En attendant qu’on puisse trouver des preuves probantes qui puissent permettre un jugement, on doit le libérer. Nous réclamons sa mise en liberté provisoire », exige la RADDHO. 


Samedi 27 Décembre 2014 - 10:48



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter