La Terre franchit le cap des 7 milliards d'habitants, dont 1 milliard en Afrique



La Terre franchit le cap des 7 milliards d'habitants, dont 1 milliard en Afrique
La planète dépassera officiellement ce lundi 31 octobre 2011 le cap des sept milliards d'habitants. Les Nations unies soulignent à cette occasion les inégalités croissantes sur la planète et le nécessaire partage des richesses pour y remédier. Sur sept milliards, l'Afrique est le continent qui a le taux de croissance le plus élevé, avec plus d'un milliard d'habitants cette année. Même si son taux de natalité a considérablement baissé, elle reste confrontée à des situations d'extrême pauvreté.

L'Afrique est jeune, toujours féconde et de plus en plus urbaine. Le cap du milliard d'Africains a été passé en 2009. Selon les projections des Nations unies, le deuxième milliard devrait être atteint d'ici 2044.

Le globe se réafricanise et cette tendance devrait se confirmer. « L'Afrique subsaharienne est la seule région où la population doit encore doubler ou tripler au cours des 40 ans à venir », assure John Cleland, un expert britannique en matière de reproduction. Aujourd'hui 15 % de la population mondiale vit sur ce continent. Une proportion à peu près égale à celle de la période d'avant la traite négrière mais en constante augmentation ces dernières décennies.

Il faut dire qu'aucun continent n'affiche le même taux de croissance démographique. Il est de 2,3% par an en Afrique, soit plus du double de celui de l'Asie. Si la densité à l'échelle continentale est encore assez faible - elle est quatre fois inférieure à celle de l'Europe - elle est très inéquitablement répartie. D'immenses zones restent désertes alors que les villes explosent. A titre d'exemple, la population d'Abidjan a été multipliée par 100, de 50 000 à environ 5 millions, entre 1950 et l'an 2000.

Cette urbanisation accélérée pose de nouveaux défis. Tout d'abord celui de l'autosuffisance alimentaire. Ensuite celui de créer des emplois pour une population encore massivement jeune et pauvre. Nul besoin de rappeler aux gouvernants africains quel a été l'impact du chômage des jeunes dans les soulèvements du monde arabe.

Source: Rfi


Lundi 31 Octobre 2011 - 09:49



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter