La Tunisie dit n'avoir pas négocié la libération des otages

Après plus de trois mois de captivité, deux otages tunisiens dont un diplomate et un employé de l'ambassade de Tunisie en Libye, ont été libérés dimanche puis rappatriés à Tunis. Les deux hommes, dont l'un était apparu en larmes dans une vidéo diffusée sur internet, avaient été pris en otage par un groupe jihadiste en plein Tripoli en mars dernier. Leurs ravisseurs exigeait de Tunis la libération de détenus jihadistes en Tunisie. Officiellement, la Tunisie n'a versé aucune rançon ni libéré aucun détenu en échange de la libération de ses ressortissants.



Ce diplomate et cet employé de l'ambassade de Tunisie en Libye avaient été enlevés par des hommes armés en plein Tripoli le 21 mars dernier. Peu après, un groupe jihadiste inconnu avait diffusé sur Facebook une vidéo de l'un des otages.
L'homme implorait en pleurs le président tunisien de négocier. Les preneurs d'otages exigeaient la libération de détenus jihadistes libyens emprisonnés en Tunisie depuis un accrochage meurtrier avec l'armée tunisienne en mai 2011 près de la frontière algérienne.
Depuis le début de la prise d'otages, la position officielle des autorités tunisiennes confrontées pour la première fois depuis la révolution à un tel enjeu se résumait en une formule : « préservation du prestige de l'Etat et non-négociation sous la pression ».
Dimanche, après la libération surprise des deux otages, la diplomatie tunisienne assurait ne pas avoir dérogé à ce principe : « la libération de jihadistes libyens n'a pas eu lieu », selon le ministre tunisien des Affaires étrangères tunisien, qui n'exclut pas pour autant que ces détenus soient un jour remis aux autorités libyennes.
Mi-avril, l'ambassadeur de Jordanie avait été enlevé dans les mêmes circonstances à Tripoli. Après un mois de détention, il avait finalement été libéré en échange d'un jihadiste libyen détenu depuis 2007 en Jordanie. L'homme purgeait une peine à perpétuité pour son rôle présumé dans un projet d'attentat contre l'aéroport de la capitale jordanienne.

RFI

Mardi 1 Juillet 2014 - 03:16



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter