La coalition pour les droits humains en Gambie demande "Justice pour Hydara maintenant !"



La coalition pour les droits humains en Gambie demande "Justice pour Hydara maintenant !"
La Coalition pour les Droits Humains en Gambie (CDHG) et la Fédération Africaine des Journalistes (FAJ) accueillent favorablement l'action judiciaire récemment intentée par la famille Hydara et ses soutiens comme une bonne étape pour que justice soit faite après l'assassinat en 2004 de Deyda Hydara.

La famille du défunt Deyda Hydara, coéditeur et rédacteur en chef du journal The Point, un journal privé basé à Banjul, a adressé un recours à la Cour de Justice de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à Abuja, capitale du Nigeria, demandant une enquête libre et indépendante dans l’assassinat de l’éditeur le 16 décembre 2004.

Déposé au nom de Deyda Hydara Jr et Ismaila Hydara, deux fils du défunt avec l’appui du Bureau Afrique de la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) basé à Dakar et de l’Open Society Justice Initiative, ce recours est le troisième du genre déposé contre le régime du Président Yahya Jammeh à la Cour de Justice de la CEDEAO. La Fondation des Médias de l’Afrique de l’Ouest (MFWA) basée à Accra au Ghana avait auparavant soumis deux autres cas contre le gouvernement gambien à la même Cour.

La CDHG et la FAJ considèrent cette action comme une initiative salutaire que la justice puisse prévaloir dans ce cas précis ; mais aussi pour mettre fin à l’impunité après les nombreux cas d’attaques contre les journalistes, les défenseurs des droits humains et une bonne partie de la population par le régime du Président Yahya Jammeh.

Deyda Hydara, 58 ans, défenseur de la liberté de la presse et critique ardent du régime de Yahya Jammeh, a été sauvagement abattu par trois balles dans la tête par des hommes armés non identifiés quelques le même jour après la célébration du 13e anniversaire de son journal le 16 décembre 2004. Ida Jagne et Nyang Sarang Jobe, deux femmes membres de son personnel qui étaient avec lui dans le véhicule ont également survécu aux blessures par balles.

Depuis ce massacre, aucune enquête sérieuse n’a été ouverte pour faire la lumière sur cette affaire et aucun suspect n’a pour le moment été identifié, encore moins arrêté.

En passant en revue toutes les actions et considérant l’inertie du Gouvernement gambien suivant l'incident malheureux, la CDHG et la FAJ restent convaincus qu’il y a des individus couverts par le gouvernement qui œuvrent pour que l’assassinat de Hydara demeure un mystère pour toujours.

Nous croyons fortement qu'il est temps que justice soit faite contre ce crime honteux commis contre Deyda Hydara ainsi que tous les autres cas de violations de droits humains qui se sont produites en Gambie.

En ce septième anniversaire de ce meurtre ignoble d’un des plus valeureux fils de la Gambie et principal défenseur de la liberté de la presse et à tous ceux qui sont épris de vérité et des droits de l'homme, nous disons :"Justice pour Hydara maintenant !"

Nous saisissons cette occasion pour féliciter la famille de Hydara, le Bureau Afrique de la FIJ et tous ceux qui les appuient pour avoir relevé ce cas devant la Cour de Justice de la CEDEAO pour que la justice puisse prévaloir le plus rapidement possible.
FIJ-Afrique


Vendredi 16 Décembre 2011 - 16:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter