La crise en Turquie préoccupe les Vingt-Huit

La Commission européenne a exprimé, mercredi 8 janvier, son « inquiétude » face à la crise en Turquie, et réclamé une enquête « transparente et impartiale » sur les accusations de corruption visant l'équipe du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. Les explications de Peter Stano, porte-parole de la Commission.



Un militant, lors d'une manifestation contre la corruption organisée par des organisations de gauche, à Istanbul, mercredi 25 décembre. REUTERS/Osman Orsal
Un militant, lors d'une manifestation contre la corruption organisée par des organisations de gauche, à Istanbul, mercredi 25 décembre. REUTERS/Osman Orsal
Peter Stano

Porte-parole de la Commission européenne

La Commission suit attentivement la situation dans tous les pays candidats à l'entrée dans l'Union européenne et la Turquie est un candidat important. Nous pensons que les récents développements, avec la mutation ou le licenciement d'officiers de police, est un sujet d'inquiétude. [...] Cela peut réduire la capacité de la police et de la justice d'enquêter sur les accusations de corruption d'une façon indépendante.

22_son_turquie_corruption_peter_stano_porte_parole_ue_6h.mp3 22_SON_TURQUIE_CORRUPTION_PETER_STANO_PORTE_PAROLE_UE_6h.mp3  (357.37 Ko)




Jeudi 9 Janvier 2014 - 09:56



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter