« La facture » de la masse salariale de la fonction publique devient lourde pour l’Etat



Le ministre de la fonction publique, du travail et des Organisations Professionnelles a révélé les difficultés du gouvernement à gérer la masse salariale et que l’Etat a adopté depuis le début la carte de la transparence.

Les députés ont interpellé le ministre sur les questions du recrutement à la fonction publique, à l’Ena (Ecole Nationale d’Administration), l’intégration des maîtres contractuels, les pensions de retraite, l’affiliation des écoles privées à la Caisse de sécurité sociale et à l'lpress (Institution de Prévoyance Retraite du Sénégal). Ce vote du budget du ministère de Mansour Sy a été l’occasion pour les honorables députés de passer en revue tous les besoins urgents des populations.

Le ministre indique qu’il y a  plus de cent milliards de masse salariale qui sont camouflés dans le budget matériel pour simplement leur dire n’eut été la bonne maîtrise des finances publique, les recettes auraient servi à payer que les salaires.

Le ministre a toutefois précisé que les retards de salaire concernent uniquement les volontaires et vacataires   qui sont souvent inscrits sur le budget matériel. Selon le ministre, le gouvernement est en train de trouver des solutions définitives à ce problème.

Il a aussi évoqué la question du statut de la fonction publique locale dont le décret a été adopté et les arrêtés prises en considération. Le ministre de  préciser aux députés toute la transparence et la rigueur dans le recrutement à la fonction publique ; et ajoute que le recrutement à la sortie des écoles de formation n’est plus automatique.


 


Lundi 2 Décembre 2013 - 11:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter