La fin du secret bancaire suisse?

La presse suisse a fustigé vendredi la "capitulation" des autorités helvétiques face aux demandes de la justice américaine d'examiner des comptes secrets d'UBS. La première banque du pays est au passage critiquée pour avoir brandi le secret bancaire suisse.



En signant un accord à l'amiable prévoyant le paiement par UBS de 780 millions de dollars pour solder une affaire fiscale, la Suisse "croyait avoir éteint l'incendie", pour reprendre les mots du journal suisse 24 heures. Mais la polémique se poursuit, et ce n'est pas du goût du quotidien.
"Certains de leur bon droit, les Etats-Unis iront jusqu'au bout de leur politique de puissance", a précisé le quotidien lausannois, évoquant des "méthodes de gangster".

Le journal Le Temps, qui parle d'un "coup de Trafalgar", a souligné que ce nouveau rebondissement dans les démêlés judiciaires de la banque aux Etats-Unis, "ne tuera peut-être pas le principe du secret bancaire", mais "sonnerait le glas de la gestion de fortune transfrontalière", spécialité d'UBS.
L'élection en novembre du nouveau président des Etats-Unis Barack Obama laisse un goût amer, selon La Tribune de Genève, estimant que "lorsque les intérêts des Etats-Unis se trouvent en jeu, (Washington) est prêt à user de tous les moyens pour parvenir à ses fins".

Alors que la Neue Zürcher Zeitung évoque la "capitulation" des autorités suisses face aux attaques contre le secret bancaire, le Tages-Anzeiger fustige "l'impuissance" de la Confédération. "Quand Oncle Sam frappe à la porte, Bern lui ouvre les portes", a fait remarquer le journal.

L'affrontement sur le secret bancaire et l'évasion fiscale opposant UBS à la justice américaine a rebondi jeudi avec de nouvelles poursuites engagées par Washington, moins de 24 heures après un accord à l'amiable.

Le ministère américain de la Justice a annoncé jeudi qu'il avait porté plainte au civil devant un juge fédéral de Miami (Floride, sud-est) pour exiger qu'UBS livre des informations sur 52 000 comptes secrets identifiés par le fisc comme appartenant à des Américains, qui recèleraient près de 15 milliards de dollars d'actifs.
Source: L'express.fr

l'Express

Vendredi 20 Février 2009 - 18:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter