La générosité financière des églises américaines envers l’Afrique

Les organisations religieuses américaines, en particulier protestantes noires américaines, lèvent chaque année des centaines de millions de dollars pour l’Afrique. Résultat : de généreux programmes d’aides mais aussi une indéniable évangélisation du continent.



Le gospel balance et contribue à l’esprit de communion de l’Antiac Baptist Church de Clinton, une bourgade de l’Etat du Maryland. Les fidèles noirs américains versent sans hésiter des billets verts dans la corbeille pour soutenir des programmes destinés à l’Afrique, ce qui ne surprend pas le révérend Curtis Lavatore : « Une large part du continent appartient encore au tiers monde. Les Afro-Américains ont aussi souffert et lutté de leur côté, dans leur propre pays. Donc on ressent la peine des Africains, ce sont des douleurs que nous endurons aussi encore ici, donc les Africains occupent une place spéciale dans le cœur des Afro-Américains. »
Suzan Johnson Cook abonde dans le même sens cette ancienne pasteure vient juste de quitter son poste. Elle était ambassadrice itinérante pour la liberté de religion : « Peu d’églises noires n’ont aucun programme pour l’Afrique. Nous ne savons pas toujours de quels pays nous venons mais nous savons que nos origines sont sur le continent, donc toutes les églises, au niveau local et national, ont un département pour les missionnaires mais aussi pour l’action sociale, beaucoup aussi adoptent une école. Si vous rassemblez toutes les églises noires vous avez une puissance énorme elles récoltent des millions chaque année. C’est un empire qui lève des milliards donc notre impact est phénoménal. »
Les fidèles blancs sont aussi impliqués. Le groupe de pop gospel chrétien blanc Jars of Clay, a joué vendredi lors d’une conférence interreligieuse pour l’Afrique. C’était le premier événement estampillé du label « sommet USA-Afrique », en présence de membres de la maison blanche, de l’USAID et du Sénat.
L’administration américaine et les églises sont complémentaires en Afrique, a déclaré le sénateur républicain Chris Smith, très actif au sein de la commission Afrique du Sénat. « Chaque année six à sept millions d’enfants meurent de maladie contre lesquelles on peut se prémunir. Et notre foi nous sermonne si nous n’assistons pas notre prochain quand il est en danger. Donc l’Eglise a une responsabilité morale de protéger et c’est une responsabilité qui incombe aussi au gouvernement. Donc il y a une synergie qui fait que plus de gens reçoivent de l’aide. »

RFI

Vendredi 8 Août 2014 - 12:26



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter