La levée du mandat d’amener contre Soro à la Une des journaux ivoiriens



La levée du mandat d’amener contre le Président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Kigbafori Soro occupe la Une des journaux quotidiens ivoiriens parus, mercredi, sur l’ensemble du territoire national ivoirien. «Mandat d’amener contre Soro, ce qui a fait reculer la juge française», titre le quotidien Le Jour Plus, qui relève la «vive protestation du gouvernement ivoirien» auprès des autorités françaises. « Je présente mes excuses à Soro, j’ai été induite en erreur », ajoute la juge Sabine Khéris, ce qui fait dire à Nord Sud Quotidien que «la juge capitule». La Côte d’Ivoire proteste contre la France, souligne également le quotidien Le Patriote, quand les députés ivoiriens dénoncent selon le même confrère un «harcèlement» contre leur président. « Sauvé de justesse d’un emprisonnement », écrit Notre Voie, « Soro toujours menacé ». Pour ce quotidien, le gouvernement n’a pas dit la vérité dans le cadre de cette affaire. « Immunité ne veut pas dire impunité », précise Me Habiba Touré, avocat de Michel Gbagbo.

« L’Etat de Côte d’Ivoire se révolte contre la France », renchérit le quotidien Soir info. « C’est pitoyable », réagit Me Habiba Touré, là où, L’Inter rapporte que « les avocats de (Guillaume) Soro et de Michel (Gbagbo) s’empoignent à Paris ». « La Côte d’Ivoire proteste, la juge française abandonne tout », affiche en Une, Le Nouveau Réveil. Caché dans un hôtel parisien, renseigne Le Temps, « Soro négocie sa sortie ». Le confrère qui croit savoir les dessous de la levée du mandat d’amener, annonce que des magistrats ivoiriens sont à Paris. « Abidjan hausse le ton, la juge Sabine Khéris recule », constate L’Intelligent d’Abidjan. Pour Le Quotidien d’Abidjan, « le jugement de Dieu débute avec Soro ».

Le journal Aujourd’hui, présente de son côté le « film » de la bataille pour faire sortir Soro de la France. « Au cœur d’un bras de fer juridico-diplomatique », renchérit La Tribune Ivoirienne. «Ouattara vole au secours de Soro », poursuit La Nouvelle Vision. La relance du processus de réconciliation occupe également une place de choix dans les colonnes de la presse ivoirienne de ce jour. A ce propos, le Chef de l’Etat Alassane Ouattara annonce à la Une de Le Patriote après une rencontre avec la Commission nationale pour la réconciliation et l’indemnisation des victimes (CONARIV), sa peine de voir des ivoiriens hors du pays.

« Il n’y a pas de prisonniers politiques en Côte d’Ivoire », insiste M. Ouattara. « Paix et réconciliation, les chefs religieux font 7 recommandations à Ouattara », informe Le Jour Plus. Amnistie, liberté provisoire pour les prisonniers, « tout doit se faire dans le cadre de la loi », estime le Chef de l’Etat Alassane Ouattara dans les colonnes de Le Nouveau Réveil.

Signature: APA


Mercredi 9 Décembre 2015 - 11:02



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter