La multiplication des épidémies d'Ebola inquiète

L’Institut de recherche pour le développement confirme que la souche du virus Ebola apparue l’été dernier en RDC est différente de celle qui sévit actuellement en Afrique de l’Ouest. Mais la multiplication d’épidémies inquiète car même si elles ne sont pas liées, elle montre l’accélération de l’émergence de la maladie.



Mweka, en RDC, octobre 2007. Un expert travaille dans un laboratoire mobile consacré au diagnostique du virus Ebola.
Mweka, en RDC, octobre 2007. Un expert travaille dans un laboratoire mobile consacré au diagnostique du virus Ebola.
Une étude publiée dans la revue New England Journal of Medicine, ce jeudi 16 octobre assure que la flambée de l’épidémie du virus Ebola en RDC est indépendante de celle qui sévit depuis le mois de mars en Afrique de l’Ouest. Les souches ne sont pas les mêmes. « L'agent pathogène (en RDC) est une variante locale du virus Ebola, et cette épidémie a une origine différente de celle qui sévit en Afrique de l'Ouest depuis début 2014 », notent les chercheurs de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans leur étude. L'origine de l'épidémie en RDC remonte à une femme enceinte dans le village d'Ikanamongo, qui « a cuisiné avec un animal mort que lui avait confié son mari », a précisé l'OMS. Cette femme est ensuite morte en raison d'une fièvre non identifiée le 11 août et « les coutumes locales et les rituels associés à la mort ont fait que plusieurs personnes ont été exposées au virus et ont développé des symptômes similaires dans les semaines suivantes ».
L'analyse de l'épidémie en République démocratique du Congo qui a tué 49 personnes sur 69 et dont le nombre de cas a beaucoup diminué depuis le mois d'août, revêt une importance toute particulière : elle permet de  comprendre la propagation de la maladie.  Le docteur Eric Leroy, virologue à l’IRD et directeur du CIRMF, Centre de Recherche Médicales à Franceville au Gabon, revient sur le foyer épidémique apparu en République Démocratique du Congo, en août dernier : « Dans un cas, effectivement, l’épidémie est apparue dans un petit village, assez isolé, et dans une région du monde qui a déjà été touchée à plusieurs reprises. Avec l’épidémie d’Ebola, les gens sont quand même bien conscients et bien dans l’alerte. En plus, c’est en pleine période de l’épidémie qui sévit actuellement en Afrique de l’Ouest, donc, il y a un niveau de conscience, un niveau d’information, un niveau de préparation des équipes médicales qui a fait que cette épidémie a été relativement, rapidement circonscrite».
En revanche, en Afrique de l’Ouest, c’était la première fois que cette épidémie apparaissait,spécifiquement dans cette région. «Evidemment, les gens n’étaient pas préparés. Et les mouvements de populations sont beaucoup plus faciles en Afrique de l’Ouest », explique Eric LeroyDes éléments qui contribuent largement à ce que l’épidémie perdure dans cette région. Une épidémie en Afrique de l'Ouest qui a fait 4 447 morts pour 8 914 cas recensés. Les autorités sanitaires tirent la sonnette d'alarme.

Rfi.fr

Jeudi 16 Octobre 2014 - 11:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter