La passe d’armes se poursuit entre Aulas et Labrune !

Après la révélation de l'existence d'un rapport de l'OM à charge sur Jean-Michel Aulas, le président lyonnais s'est payé son homologue Vincent Labrune. Les deux dirigeants se répondent depuis par médias interposés...



L’information a été dévoilée par Le Parisien ce samedi. L’OM a envoyé un rapport à la FFF pour dénoncer l’attitude de Jean-Michel Aulas vis-à-vis des arbitres, encourageant l’instance à sanctionner le président lyonnais. C’était à prévoir, ce dernier n’est pas resté de marbre face aux accusations marseillaises : après s’être fendu de quelques tweets mêlant entre colère et incompréhension, JMA s’est fait plus expansif face aux médias à l’issue de la victoire de son OL à Guingamp (1-3), lançant l’hypothèse que son homologue Vincent Labrune songeait à mettre la pression sur les arbitres du Classique par cette manœuvre.

« Il a mis le feu à la présidence des arbitres. C’est une grande première, quelque chose qui ne s’est jamais fait dans le football : envoyer un dossier sur un concurrent direct et sur un homme qui est un petit peu respectable… Ce n’est pas contre moi, c’est simplement pour mettre la pression sur les arbitres du Classique. Il n’a pas compris que cela ne se faisait pas. Je pense que grâce à son intervention qui va être déterminante vis-à-vis de M.Buquet, Marseille va gagner et il aura son heure de gloire, puisqu’il aura fait en sorte de transformer ce qui était peut-être inéluctable en quelque chose d’opportuniste », a ainsi déclaré le président lyonnais. Une thèse qu’a réfutée Labrune dans les colonnes de L’Équipe. « C’est quand même incroyable ! Sur la forme, on a absolument aucun intérêt à ce que cette affaire sorte la veille du Classique et avant l’audition de Jean-Michel Aulas. Il ne faut pas qu’il fasse du billard à l’envers. Et je me demande bien comment notre document est sorti alors qu’il n’y avait que la FFF qui était en sa possession. (…) Sur le fond, on assume totalement d’avoir envoyé un courrier au Conseil national de l’éthique dans le cadre de la protection de l’environnement arbitral. D’abord parce que tous les présidents de L1 ont reçu un courrier de la Fédération pour nous demander d’apaiser les relations avec les arbitres et de ne pas parler médiatiquement de l’arbitrage, alors qu’il n’y en a qu’un seul qui le fait. »

Pas sûr que les propos atténuent la rancœur d’un JMA qui a laissé planer hier l’idée d’une plainte pour diffamation. « Cela fait vingt-huit ans que je suis dans le football, j’ai vu passer treize ou quatorze présidents de l’OM. Il y avait des piques, mais il y avait des choses loyales. Une fois que l’on s’est parlé, que l’on a échangé, que l’on a alimenté les médias, c’est fini. Là, il s’est passé des choses qui ont dépassé la raison. (…) J’ai mis un avocat de mes amis sur le sujet. Lui me dit que c’est diffamatoire. On verra bien, je vais peut-être le prendre sur le ton de l’humour. Pour tenir dans le foot, il en faut. » Jour de Classique sur les prés, jour d’Olympico en dehors. Un duel qui durera bien plus de 90 minutes...


Footmercato

Dimanche 5 Avril 2015 - 13:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter