La peste tue toujours à Madagascar

C’est la pleine saison de la peste à Madagascar. La Grande île demeure l’un des pays les plus touchés au monde par cette maladie, le deuxième après la RDC. Et avec la chaleur et les pluies, les cas se multiplient en cette période. Plusieurs foyers viennent d’êtres découverts autour de la capitale.



La chaleur et les intempéries favorisent la propagation de la maladie. Anna Sylvestre-Treiner / RFI
La chaleur et les intempéries favorisent la propagation de la maladie. Anna Sylvestre-Treiner / RFI
Les dix derniers malades viennent d’être recensés à quelque 80 km de la capitale. D’autres cas ont été signalés, encore plus près. Au total, depuis le début de l’année, la peste a déjà touché 250 personnes ; 90 depuis début octobre. Et près d’un malade sur cinq est décédé. Le docteur Céline Seignon-Kandissounon, représentante de l’OMS, l’Organisation mondiale de la Santé, à Madagascar, constate une augmentation du nombres de décès: «Par rapport à l’année dernière il y a moins de cas mais ces cas ont été plus graves. On a remarqué qu’il y a plus de décès cette année.»

C’est que la peste reste honteuse et mal diagnostiquée. Trop souvent les malades consultent tardivement, et depuis le début de la crise il y a quatre ans, cela s’est aggravé. «La vulnérabilité des populations s’est accrue, explique le docteur Seignon, avec la situation socio-économique. L’accessibilité aussi parfois aux centres de soin est difficile. Donc c’est une prise en charge tardive qui peut expliquer l’augmentation du nombre de décès.»

Des campagnes d’information et de traitement sont en cours. Les villages touchés par la maladie sont mis en quarantaine pour circonscrire l’épidémie. Mais on sait qu’à Madagascar la peste ne sera jamais éradiquée.
Source: RFI

Dépêche

Lundi 17 Décembre 2012 - 11:15


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter