La scolarisation des filles au Forum mondial des femmes francophones

Le deuxième Forum mondial des femmes francophones, dont l'objectif est de faire avancer le droit des femmes, s’ouvre ce lundi 3 mars à Kinshasa. Pendant deux jours, femmes politiques et acteurs de la société civile vont débattre de la scolarisation des filles, thème de ce forum.



En 2010, une jeune Congolaise entre 15 et 24 ans sur deux ne savait ni lire ni écrire. Depuis, des progrès ont été faits, mais sur le continent les défis restent immenses : combattre les schémas patriarcaux, les freins économiques, tous les éléments qui expliquent que les filles sont toujours les premières à être déscolarisées. En RDC, elles sont en effet plus nombreuses à démarrer l’école, mais elles sont aussi les premières à quitter ses bancs en cours de route.

De nombreux défis

Avec ce forum, l’objectif est d’abord d’obtenir un engagement des pays francophones : maintenir les filles à l’école jusqu’à l’âge de 16 ans et mettre en place des programmes à cette fin. Autres enjeux : améliorer les passerelles entre l’école et le monde du travail, mais aussi la sécurité des filles. En Afrique, de plus en plus de jeunes femmes sont confrontées au harcèlement sexuel au lycée ou à l’université.

Les défis sont donc nombreux et les enjeux importants. D'autant plus quand on sait qu’au Congo par exemple, la moitié de la population a moins de 18 ans. Ministre de la Francophonie, Yamina Benguigui, à l’initiative de ce forum, a déjà promis de créer un fonds de solidarité pour la scolarisation des filles francophones. Reste à en connaître le montant.

 

« Je veux accomplir mon rêve »

En face du professeur, elles sont une cinquantaine. Toutes des filles en uniforme blanc et bleu et visage concentré. Pour Eunice, 13 ans, pas de doute : l’école est la clé pour réaliser son rêve. « J’aimerais devenir une grande femme d’affaires reconnue, raconte-t-elle. Et l’économie, ça ne s’apprend pas à la maison ; ça ne s’apprend qu’à l’école. Et c’est pour ça que je viens ici, pour apprendre certaines choses. Je vais choisir ma section, et accomplir mon rêve d’être une grande femme d’affaires ».

Eunice fait partie d’une minorité privilégiée. Car si au Congo de plus en plus de filles vont à l’école, elles sont aussi toujours plus nombreuses à décrocher en cours de route. « La parité n’est pas encore totale,explique Elena Locatelli, responsable éducation pour Unicef. Mais durant les deux ou trois dernières années, il y a de bonnes améliorations sur la scolarisation des filles. Il y a une grande différence entre les zones urbaines et les zones rurales. Dans les zones rurales, il y a plus facilement une différence entre filles et garçons. En zone rurale, il y a aussi un abandon plus marqué qu’en zone urbaine ».

Des progrès que ce Forum des femmes veut encourager, car beaucoup reste à faire. En 2015, l’objectif d’avoir 100% des enfants congolais scolarisés ne sera pas atteint. Cette année encore, plus de 7 millions d’enfants n’ont jamais mis les pieds à l’école.

Source : Rfi.fr
 



Dépêche

Lundi 3 Mars 2014 - 11:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter