La sombre soirée des acteurs de France-Allemagne

Le match amical France-Allemagne (2-0) laissera des traces chez certains de ses acteurs après des heures difficiles à vivre.



La France est en deuil. Le monde du football et du sport en général lui aussi. Le Stade de France, où les Bleus affrontaient l’Allemagne (2-0) en match amical, a été la cible d’attaques, même si elles n’ont pas eu des conséquences aussi dramatiques que celles survenues dans le centre de Paris. Toujours est-il que les acteurs de cette soirée funeste resteront marqués longtemps par cet évènement. Les supporters d’abord, qui, pour certains, ont dû attendre après la fin du match, sur la pelouse, que la situation rentre dans l’ordre pour quitter l’enceinte.Les joueurs ensuite, qui, malgré l’adrénaline de la rencontre, se sont bien rendus compte de la gravité de la situation. La réaction de Patrice Evra, balle au pied, lors de l’une des détonations est là pour le prouver... Pire, certains acteurs étaient, sans le savoir, particulièrement touché par les évènements. La sœur d’Antoine Griezmann, l’attaquant tricolore, se trouvait en effet au Bataclan, où l’attentat le plus meurtrier a eu lieu. Heureusement, elle s’en est sortie sans dommage. « Grâce à Dieu ma sœur a pu sortir du Bataclan. Toutes mes pensées vont aux victimes et aux familles. Vive la France », a-t-il posté sur Twitter.

Anthony Martial, visiblement touché lui aussi, a publié un message d’hommage. « Priez pour Paris ». Au sortir de la rencontre, pas un joueur, français ou allemand ne s’est exprimé en zone mixte, celle-ci ayant été tout simplement annulée, tout comme les traditionnelles conférences de presse. Ce samedi, les Bleus resteront à huis-clos à Clairefontaine et ne devraient pas s’exprimer publiquement. La Nationalmannschaft, elle, a passé la nuit au Stade de France avant d’être escortée à l’aéroport Charles-de-Gaulle dans la matinée. Olivier Bierhoff, manager de la sélection allemande, était encore sous le choc. « On nous a assuré que des mesures de sécurité étaient prises dans le stade. Il y a eu de la peur, de la panique, un atmosphère étrange dans le vestiaires. Nous avons pu voir à quel point les joueurs étaient choqués », a-t-il raconté à Bild. Même son de cloche pour le sélectionneur Joachim Löw.

« Nous avons appris ce qui s’était passé au coup de sifflet final. Nous étions tous choqués. Nous étions tous terrifiés. J’ai du mal à réaliser », a-t-il lâché, visiblement très marqué, lui qui, avec ses équipes, avait déjà dû subir une fausse alerte à la bombe à l’hôtel Molitor dans l’après-midi... Clos Gomez, l’un des arbitres de la rencontre, n’a lui aussi pris connaissance des faits, qu’après la fin du match. « Nous ne savions pas ce qui se passait pendant le match, nous l’avons appris à notre arrivée au vestiaire », a-t-il raconté à Marca. Il a quitté le SdF peu après 00h30 avec ses collègues, pour rejoindre son hôtel. Comme tous les autres acteurs de cette soirée tragique, il risque d’être longtemps hanté par ce triste souvenir...
source:footmercato


Dior Niang

Samedi 14 Novembre 2015 - 09:10



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter