La transhumance : la société civile s'indigne et prévient sur l'issue fatal

L'arrivée de l'ex-ministre du régime de Wade, Awa Ndiaye à l'Alliance Pour la République continue d'indigner les acteurs de la Société civile. Ils sont unanimes sur le « phénomène de la transhumance ». Selon eux, "les transhumants sont en train de troubler l'ordre de la République".



La transhumance : la société civile s'indigne et prévient sur l'issue fatal

Pour le professeur Malick Ndiaye, « les hommes politiques sont en train de troubler l'ordre de la République », en changeant de camp au gré de leur intérêt. Le sociologue, ministre conseillé au président de la République, site le cas « d'une grande dame de Saint louis qui a été reçu en audience par le président de la République alors qu'elle devait passer devant les tribunaux ». Ce qui est aux yeux du Pr Ndiaye, un mauvais signal de la part du régime qui aurait dû montrer « la capacité de nos institution à résoudre les questions qui vexent inutilement la conscience populaire ». Car, a-t-il ajouté, « vous ne pouvez pas prendre comme modèle à offrir au public des cas qui vont sans doute être examiné devant les tribunaux. C'est trop flagrant !


Pour l'essayiste Mody Niang, recevoir une telle personne dans son camp relève de la « trahison vis-à-vis du peuple Sénégalais ». « La transhumance est une pratique détestable que le régime actuel est en train malheureusement de perpétuer. Cala jette du sable sur les actes positifs posés par le président Macky Sall », rappelle MNiangConséquence : le réveil pourrait être brutal selon professeur Ibrahima Thioub.
 


Selon Pr Thioub, « la transhumance ne vous amène pas des militants, mais des courtisans. Et, il vous éloigne du peuple Sénégalais ». Analysant le comportement de la société Sénégalaise, le professeur Thioub estime qu'il y un divorce entre l'élite et les citoyens qui s'est installé dans la durée ». Professeur Malick Ndiaye, soutient que « si beaucoup de chefs religieux se sont retrouvés parmi les fossoyeurs des banques, c'est parce que leur collusion avec le pouvoir leur a permis de bénéficier des passe-droits qui ont permis finalement d'étrangler les secteurs les plus importants de notre développement, à savoir les banques ».



Mercredi 2 Avril 2014 - 11:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter