La violence conjugale

Même si on ferme souvent les yeux, il n'est pas rare d'entendre les voisins ou ses parents se disputés. Une dispute qui débouche fréquemment sur des violences physiques, sexuelles ou psychiques. La violence conjugale est un fait de plus en plus courant au sein de notre société.



 La violence conjugale

La violence conjugale est un processus évolutif au cours duquel le partenaire dominant exprime sa domination par des agressions. Cet acte fait de nombreuses victimes chaque année notamment chez les femmes. En effet, les études montrent qu'une femme sur cinq subi ou a déjà subi au moins une fois dans sa vie une agression de la part de son conjoint.
 

Une violence qui prend des formes très diverses

 

La violence conjugale est une manifestation de la domination d’un partenaire au sein d’un couple. Cette domination s’exerce habituellement par des agressions de formes très diverses. Le premier type d’agression supporté par les victimes est la violence physique. Cette violence corporelle est la manifestation la plus apparente de la violence conjugale. Elle peut être exercée par le biais de différentes manières à savoir les coups, les sévices, la blessure, la mutilation  voire le meurtre. Avec l’agression physique, la violence conjugale se manifeste également à travers des violences sexuelles. Les faits sexuels les plus courants sont les viols ou pénétrations par violence ou par contrainte, agressions sexuelles, ...
 

Ensuite, la violence conjugale se manifeste aussi par les violences psychologiques. Ce type de violence, le moins apparent, est toutefois le plus difficile à supporter pour les victimes. Ceux qui subissent les violences psychologiques supportent le chantage, les insultes, les humiliations, la dévalorisation, les menaces contre l’enfant de couple ou contre les membres de la famille, etc. La violence conjugale peut également prendre la forme des privations de droit et d’autonomie comme la séquestration, l’enfermement, confiscation de ressource, confiscation de moyen de déplacement (voiture,...). En plus de ces nombreux aspects, la violence conjugale peut prendre aussi une apparence encore plus diverse et plus atroce.
 

Un fait généralement motivé par le machisme et l’égoïsme des hommes

 

Quelle que soit sa forme et sa manifestation, la violence conjugale est généralement le fait des hommes envers les femmes. D’une manière générale, les hommes auteurs de la violence envers sa femme sont des êtres considérés comme immatures. Ils peuvent également être des hommes égocentriques ou machistes. Ils peuvent parfois présenter un trouble de la personnalité et pensent que le fait de frapper une femme est un acte naturel. Ces hommes jugent que la violence est la solution idéale pour faire plier la femme qui refuse de leur obéir. Il arrive que les hommes violents ne soient capables de régler les problèmes familiaux autrement que par la violence et le conflit. En outre, le problème de la drogue et de l'alcoolisme sont également à l’origine d’une part importante de la violence au sein du couple. Dans certains cas, les victimes sont aussi à l’origine de la perpétuation de violence qu’elles subissent. En fait, une grande majorité des victimes n’osent même pas dénoncer les sévices qu'elles subissent pour des raisons très diverses. En plus, ces victimes peuvent aussi se retrouver dans une certaine situation de dépendance totale, surtout financière, envers l’auteur de la violence.
 

Des violences avec des conséquences très lourdes

 

La violence conjugale fait chaque année des milliers de victimes. Elle concerne une femme sur cinq selon les sondages. Elle provoque aussi bien des blessures que des traumatismes qui ne peuvent être guéris menant parfois à la mort. Une femme trouve la mort tous les trois jours en raison de ces violences. En dehors de l’homicide subi par les victimes directes, la violence conjugale peut aussi provoquer des effets néfastes sur les proches, en particuliers les enfants qui ne peuvent rien faire face au parent violent. Ce comportement pourrait même influencer la leur dans leurs vies d'adultes. Les enfants reproduisent, en effet, les violences dont ils ont été spectateurs.
 

Pour lutter contre la violence des partenaires violents, le premier pas à franchir est celui de la dénonciation. Sachez aussi que la violence conjugale est actuellement bien encadrée par la loi.
 

Le saviez-vous ?

 

La violence ne concerne pas seulement les femmes. « Les hommes battus » comprennent les 10 à 15% des victimes de violences conjugales. Toutefois, les hommes dénoncent rarement les violences de leur compagne par peur d'être ridiculisés.


source : Afrique Femme


Florence Bayala

Lundi 11 Novembre 2013 - 15:14


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter