Lamine Diack: «On veut diaboliser le Kenya»



Lamine Diack, qui occupe la présidence de la Fédération internationale d'athlétisme depuis fin 1999, quittera ses fonctions ce dimanche pour laisser la place au Britannique Sebastian Coe, élu il y a quelques jours. Au micro de Christophe Jousset, envoyé spécial à Pékin, il aborde l'état de l'athlétisme mondial et réagit d'abord à l'affaire de dopage qui a éclaté mercredi 26 août.
 
Mercredi 26 août, les srpinteuses kényanes Koki Manunga et Joyce Zakary ont été provisoirement suspendues par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) à la suite de contrôles positifs durant les Mondiaux de Pékin.

Le Kenya n'a pas les moyens de faire tout ce qu'il faut pour lutter contre le dopage, je le clame depuis des années. Il faut leur créer la possibilité d'avoir une agence nationale de lutte antidopage, comme cela existe dans beaucoup de pays [...] L'agence serait à la disposition de tous les sports.

Rfi

Vendredi 28 Août 2015 - 10:09



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter