Lancement du PPDC en Casamance: Mouhamadou Diao remonte les bretelles à Abdoulaye Baldé



Lancement du PPDC en Casamance: Mouhamadou Diao remonte les bretelles à Abdoulaye Baldé
Estimant que le premier magistrat de la ville Ziguinchor en l’occurrence Abdoulaye Baldé est «allé très loin dans son discours lors de la cérémonie de lancement du Projet Pôle de Développement de la Casamance (PPDC) que Chef de l’Etat a  présidé lundi dernier à Ziguinchor, le responsable de l’Alliance Pour la République (APR) à Kolda, El hadji Mouhamadou Diao est monté au créneau pour rappeler à ce dernier qu’«il devait naturellement se limiter à souhaiter la bienvenue au Chef de l’Etat et sa délégation et non profiter d’une tribune politique». 


Interpellé à propos du discours tenu par le Président de la République, ce lundi dans la région de Ziguinchor à l’occasion de la cérémonie de lancement du PPDC, le responsable de l’APR de Kolda et Directeur des services régionaux des impôts et Domaines, El hadji Mouhamadou Diao a laissé  entendre que «contrairement à ceux qui pensent que le projet était insignifiant où ceux qui ont profité de la cérémonie de lancement du projet pour se créer une tribune et dire que la Casamance était devenue un problème qu’ils ont cité dans leur discours, n’avaient pas compris la vision du Chef de l’Etat. Elle est beaucoup plus large. Elle a été déjà déclinée lors du Conseil des ministres décentralisé de Ziguinchor où une enveloppe de 300 milliards était prévue pour les investissements de la région». 

"A peu prés un montant de 900 milliards en terme d’investissement vont aller vers les infrastructures, la réfection ou la construction d’établissements publics, vers la mise en place d’outils indispensables au développement», enfonce l'apériste qui apporte ainsi la réplique au leader de l'Union des Centristes du Sénégal (UCS) qui n'avait pas manqué de dire: «pour un début, la mise en place du Projet Pôle de Développement de la Casamance doté d’un montant de vingt trois milliards (23 Milliards) pour la construction de pistes de production et autres infrastructures sociales et agricoles est bien apprécié mais, force est de constater que développer la Casamance, nécessite encore plus de moyens financiers, tant les défis sont multiples", lors de la cérémonie de lundi dernier. Ce qui a suscité le courroux chez certains responsables de l’APR comme El Hadji Mouhamadou Diao, une envie de réagir. 


Mercredi 19 Mars 2014 - 12:26



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter