Lassés d’être accusés de corruption, les gendarmes malgaches dénoncent

La réunion annuelle des responsables de la gendarmerie vient d’avoir lieu à Madagascar pour donner les orientations de l’année à venir. L’occasion pour eux d’exprimer un ras-le-bol. Les gendarmes sont souvent accusés d’être corrompus et de participer à tous les trafics. Aujourd’hui, ils se défendent et dénoncent à leur tour des pressions politiques pour la nomination d’officiers notamment.



La gendarmerie est un des cinq secteurs les plus corrompus à Madagascar d’après le dernier rapport du Bureau indépendant anticorruption. Les gendarmes sont accusés de tremper dans tous les trafics. Du petit pot-de-vin au grand réseau mafieux de bois de rose.

Une situation qui excède le général Didier Paza, secrétaire d’Etat à la Gendarmerie. « On en a ras-le-bol parce qu’évidemment il y a de mauvais gendarmes qui ont de mauvaises pratiques dans l’exercice de leur mission, concède-t-il. Sauf que nous subissons aussi pas mal de pressions émanant des politiciens qui nous demandent carrément de changer nos chefs, les commandants de brigades, les commandants de compagnies. Peut-être parce que ces gens-là effectivement travaillent normalement et commencent à fouiller dans leurs mauvaises affaires. »

En plus des mauvaises pratiques des politiques, il pointe aussi du doigt celles des autres forces de l’ordre, comme la police ou les douaniers. Il souhaite une réforme pour responsabiliser les services de sécurité. « Il faut créer un texte, mettre les moyens qu’il faut et donner des missions exactes à nos forces de sécurité, préconise Didier Paza. A partir de ce moment-là, ils vont prendre leurs responsabilités. »

Cette année, seulement 136 gendarmes ont été sanctionnés pour leurs mauvaises pratiques contre plus de 350 l’année dernière.
source:rfi.fr


Dior Niang

Lundi 2 Novembre 2015 - 09:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter