Le Burkina accentue la lutte contre le VIH/Sida et les IST au niveau des prostituées et des homosexuels

La prostitution et l’homosexualité demeurent encore un tabou au Burkina Faso. Même si ces pratiques existent, il est difficile d’en parler publiquement sans heurter les consciences, même dans le cadre de la lutte contre le Sida dans ces groupes spécifiques. Dans son plan d’action 2103-2015, contre le VIH/Sida et les IST, Infections sexuellement transmissibles. la commune de Ouagadougou veut accentuer la lutte au niveau des prostituées et homosexuels, mais le sujet fait débat dans la capitale burkinabè.



Le Burkina accentue la lutte contre le VIH/Sida et les IST au niveau des prostituées et des homosexuels

Depuis que ce plan d’action contre le VIH/Sida dans le commune de Ouagadougou est connu, la polémique est relancée. Comment convaincre les Burkinabè que ce n’est pas le début d’un processus déguisé de légalisation de l’homosexualité et de la prostitution ?

Il a fallu que Marin Ilboudo, le maire de la commune de Ouagadougou clarifie sa position par rapport à ces deux pratiques au cours d’une conférence de presse.


Selon les associations en lutte contre le VIH/Sida au Burkina Faso, le droit à la santé doit être garanti pour tous. Et si le taux de prévalence est en baisse , le risque d’infection est très élevé au niveau des prostituées et homosexuels. Simon Kaboré, du réseau d’accès aux médicaments essentiels.


Des terminologies diverses servent à désigner ces groupes spécifiques dans ce plan d’action communal contre le VIH/Sida. Ainsi, on parle d’ « hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes », pour les homosexuels.


Rfi.fr

Lundi 28 Octobre 2013 - 17:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter