Le CNRA monte au front contre la publicité déguisée et des émissions dévalorisantes.

Le conseil national de régulation de l'audiovisuel, après avoir délibéré en sa séance du 26 avril 2012 et en raison des contraintes liées, entre autres, aux dernières échéances électorales décide, de rendre public par le présent avis les dysfonctionnements constatés au cours du 4ème trimestre de l'année 2012.



Le CNRA monte au front contre la publicité déguisée et des émissions dévalorisantes.
A travers les organes de communication audiovisuelle ainsi que les recommandations formulés pour y apporter des correctifs sur la diffusion en boucle de la publicité de produits supposés avoir des vertus aphrodisiaques dénommés «Mbir Mi» et «Ngoora Keng » par la Rdv en des termes qui offensent les mœurs et la morale.

La publicité commerciale déguisée à travers des émissions telles que «Patra Show» et «Jeeg ak kérém» sur la Rts ainsi que «Elles sont toutes belles» sur la 2stv et la diffusion d'images dévalorisantes porteuses d'une vision dégradante de la femme dans la publicité de certains produits notamment «Bongou», «Jongue»

L'utilisation des enfants dans la publicité, la diffusion de propos «ethnicistes », stigmatisant ou faisant appel aux confréries dans certaines émissions et discours politiques et la diffusion de propos grossiers et choquants à travers certains combats de lutte, véhiculant ainsi des messages négatifs et des contre valeurs.

Face à de tels manquements, qui constituent une violation des dispositions des textes législatifs et réglementaires en vigueur au Sénégal dans le domaine de l'audiovisuel, le conseil national de régulation de l'audiovisuel recommande le respect des dispositions de la loi numéro 83-20 du 28janvier 1983 relative à la publicité, notamment l'article 9 qui proscrit «toute déclaration ou présentation visuelle qui offense les mœurs et la morale en général».

La publicité, lorsqu'elle fait appel à la femme, ne doit pas, pour quelque motif que ce soit, porter atteinte à sa dignité ou la déconsidérer.

Pour ce faire, le Cnra en appelle à la responsabilité parentale pour la protection de l'enfant en rapport avec le principe de l'intérêt supérieur de l'enfant, de faire preuve de plus de rigueur et de professionnalisme dans la conduite d'émissions interactives, de débats et de faits divers pour éviter la diffusion de propos portant atteinte aux institutions, à la morale et à la dignité de la personne humaine.

Communiqué


Jeudi 3 Mai 2012 - 13:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter