Le Canada et la France main dans la main contre le terrorisme

Les avions de chasse canadiens déployés au Moyen-Orient ont effectué leurs premières frappes contre le groupe armé Etat islamique (EI) dans le nord de l'Irak. Il s'agit des premières frappes lancées par le Canada depuis la campagne de bombardements aériens menée par les États-Unis contre le groupe EI en Irak et en Syrie. Une annonce qui tombe au deuxième jour de la visite d’Etat de François Hollande au Canada ; après l'Alberta dans l'ouest du pays le président de la République est aujourd'hui à Ottawa. Une journée qui sera marquée par les questions de sécurité sur lesquelles Paris et Ottawa partagent la même vision



Le président français François Hollande et le Premier ministre canadian Stephen Harper, le 2 novembre à Banff. REUTERS/Mike Sturk
Le président français François Hollande et le Premier ministre canadian Stephen Harper, le 2 novembre à Banff. REUTERS/Mike Sturk

Main dans la main… Au moment ou les avions canadiens décollaient du Koweit pour leurs premières frappes sur l'Irak, Stephen Harper et François Hollande étaient en plein tête à tête. « Ils ont longuement évoqué la question du terrorisme », a précisé l'Elysée. Le président socialiste et le Premier ministre conservateur partagent la même vision, mais, quand François Hollande, lui, a été globalement suivi par la classe politique française, gauche et droite confondues sur les frappes, Stephen Harper, lui, affronte des critiques. 

Vif débat sur les frappes

Les deux partis d'opposition, la gauche et les libéraux ont voté contre l'entrée du Canada dans la coalition qui fait face à l’organisation Etat islamique il y a moins d un mois. Les deux attaques terroristes, deux semaines auparavant, n'ont pas clos le débat, loin de là.

Canadiens réticents

Même chose pour le durcissement des lois antiterroristes que souhaite le Premier ministre Harper : les Canadiens sont nombreux à être réticents à voir leurs libertés restreintes. François Hollande, lui, entend en tout cas avant tout témoigner sa compassion envers les Canadiens encore sous le choc de l'attaque du Parlement avant son discours devant les députés et sénateurs réunis. Le président déposera une gerbe devant le monument aux morts en hommage au soldat tué dans l'attaque.



Lundi 3 Novembre 2014 - 13:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter