Le Chemin de Croix du vendredi: son origine et son sens

Chaque vendredi, au sein des paroisses, des Communautés Ecclésiales de Base (CEB), les fidèles catholiques, pendant le temps de carême, pratiquent ce qui pourrait être qualifié d’ « exercice spirituel phare », le chemin de croix. Quelles en sont l'origine, l'histoire et la signification ? Quelles en sont les 14 étapes ? Voici quelques éléments de réponses.



Le Chemin de Croix du vendredi: son origine et son sens
Dès les premiers siècles, les chrétiens sont allés se recueillir sur les lieux de la passion et de la résurrection de Jésus à Jérusalem, comme, dit-on, l'on fait la Vierge Marie et ses disciples.
 
Les franciscains, initiateurs du chemin de croix
En 1342, les franciscains sont devenus les gardiens officiels des lieux saints et, par la suite, ils ont organisé la démarche que faisaient les pèlerins, le long d'une petite rue étroite de Jérusalem qui a reçu le nom de "Via Dolorosa" (chemin de la souffrance).
Pour les chrétiens qui ne pouvaient pas se rendre en Terre Sainte, les franciscains ont eu l'idée de leur proposer de vivre ce chemin chez eux comme s'ils étaient à Jérusalem. L'itinéraire de Jésus était évoqué par des tableaux, des sculptures, des croix, dans les églises ou sur les chemins.
Ce sont les Papes Clément XII et Benoît XIV qui fixèrent la forme de cette dévotion, et firent en sorte qu'on la développe sous sa forme actuelle, le vendredi de Carême et lors de la cérémonie du Vendredi Saint dans les paroisses.
 
Les 14 stations du chemin de croix
Le chemin de croix comporte traditionnellement 14 stations de la passion du Christ, de sa condamnation à mort à sa mise au tombeau. Trois de ces stations (la première, la quatrième et la dixième) ont été changées par le Pape Jean-Paul II lors de la cérémonie sur le Mont Palatin en 1991 pour en faire des stations à référence plus évangélique. Malgré tout, les stations restent au nombre de 14, et leur symbole et leur signification restent inchangés.
 
Et la quinzième station ?
Depuis 1958, et la construction du chemin de croix à Lourdes, une quinzième station, absente des représentations des églises, est parfois reprise selon les paroles prononcées par Jean-Paul II : Avec Marie, dans l'espérance de la résurrection du Christ.
 
Le chemin de croix est un exercice spirituel
L'Eglise reconnaît la dévotion du chemin de croix mais n'en a jamais fait une liturgie proprement dite. Elle est reconnue comme expression de la foi chrétienne et fait partie de ce qu'on appelle les exercices de piété populaire que l'Eglise approuve et encourage.
 
Pour consulter les instructions de l’Eglise catholique sur le chemin croix, voir le  "Directoire sur la piété populaire et la liturgie" , 131 à 135.

sedicom

Samedi 8 Mars 2014 - 11:48



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter