Le FBI traque à Dakar : une immigration clandestine aux relents de terrorisme en cause

Le Sénégal dans le viseur des Etats-Unis d’Amérique. Après le rapport sur les conditions de détention pas si réglementaires que ça au niveau des prisons du pays de Macky Sall, le Federal Bureau of Investigation (FBI) enquête à Dakar. Il s’agit d’une filière d’émigration clandestine et pis, de terrorisme. Une grosse affaire qui met les autorités sénégalaises sur le qui-vive. Les américains ont mis aux arrêts deux (2) Sri lankais en provenance de la capitale sénégalaise.



Le dossier est pire que celle de drogue qui a secoué en juillet dernier la hiérarchie policière nationale. Plus d’une dizaine d’agents du FBI sont à Dakar. Et ce, depuis quelques semaines. Les fédéraux américains enquêtent sur une affaire d’immigration clandestine sur leur sol à partir de la capitale sénégalaise aux relents de terrorisme.


Les agents du FBI ont déjà établi une liste rouge dans laquelle, livre le journal « enquête » figurent de grosses pontes des services de sécurité, des manutentionnaires et d’autres acteurs qui gravitent autour de l’aéroport ou appartenant à des compagnies aériennes. Dans le cadre de la dite affaire, la police sénégalaise, renseigne la source, avait déjà fait une enquête. Des investigations dont les conclusions n’auraient pas du tout satisfait les américains qui décident de prendre les choses en main car soupçonnent-ils, il ne s’agit ni plus ni moins que de terrorisme. Déjà en décembre 2013, les services du pays de l’Oncle Sam ont arrêté sur leur sol deux (2) ressortissants Sri lankais. Ces derniers partis de Dakar, ont été interrogés par les américains qui débusquent une cellule terroriste. En effet, l’un des deux (2), affirment nos confrères, aurait avoué appartenir à un réseau terroriste alors que  l’autre aurait voyagé avec un nom et un prénom sénégalais.  


L’alerte était ainsi donnée et les autorités sénégalaises saisies à travers des correspondances. Pour l’heure, une réunion du conseil de sécurité s’est tenue avant-hier. Ce, au moment où, un certain « Jacobs » d’origine asiatique présumé cerveau de la filière est actuellement en fuite. Bien établi au Sénégal, il faisait voyager, grâce à des complicités locales, des Sri lankais aux Etats-Unis. Il a pu être exfiltré grâce à ses complicités locales. 


Mercredi 5 Mars 2014 - 09:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter