Le FONGIP fait sa mue en société financière "pour mieux jouer son rôle", (Doudou KA)

​«Le fonds de garantie des investissements prioritaires (FONGIP) n’est pas un concurrent des établissements financières mais il vient en complément». C’est ce qu’a fait savoir l’administrateur général de ladite institution, Doudou KA, qui a présenté ce jeudi, le prix « Guerté D’or» qui leur a été attribué par l’Union Nationale des Chambres de Commerce et d’Industrie du Sénégal lors de la foire Internationale de Kaolack (FIKA) . Face à la presse, il informe que « le fONGIP a investit 35 milliards de FCFA en créant ainsi 22.000 emplois».



A l’issue de la réunion du conseil d’administration du FONGIP organisé ce jeudi, l’administrateur général a fait le bilan des activités et a dégagé des perspectives de la structure.

Selon Doudou KA, «les investissements accordés en terme de financement sont de l’ordre de 34,4  milliards  alors qu’en fin 2016, nous en étions à 29 milliards de F CFA. Ce qui signifie qu’après deux (2) ans, la structure est à plus de 4,4 milliards».

 Mais, poursuit-il «il y a encore du travail à faire et les besoins de financement des PME sont estimés à 500 milliards».

Sur ce point, «le conseil d’administration a donné son feu vert pour lancer le processus de mutation institutionnelle du FONGIP en société financière pour mieux jouer son rôle», a-t-il annoncé.

 Doudou KA de préciser par ailleurs que le FONGIP ne sera pas une institution de micro finance et ne s’érigera pas en concurrence avec ces dernières.

«Notre métier, c’est la garantie. Nous sommes  à un cran au-dessus de ces institutions, nous sommes là pour leur apporter la garantie et des ressources qui permettent d’agir sur l’écosystème», a-t-il déclaré. Avant de se féliciter de la distinction du prix de «Guerté  D’or» décerné lors de la FIKA en ces termes: «Le couronnement de trois (3) années d’efforts sans relâche».  

Pour le directeur du pôle financier, ces investissements financiers ont permis de favoriser la création de d’emplois à hauteur de 20.129 emplois entre 2014 et 2016.

Abdoulaye Diassé d’informer que «cette invention a permis de favoriser la baisse du taux de prêt qui est passé de 12% à 9% pour ce qui concerne les financements bancaires et de 18% de taux d’intérêt à 8% pour les financements du secteur de la micro finance». 

Aminata Diouf

Vendredi 17 Février 2017 - 08:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter