Le G7 fustige les «brutalités policières» et appelle à un «véritable dialogue»

Le Groupe des 7, plateforme d'opposition congolaise soutenant la candidature de Moïse Katumbi à la présidence s'est exprimé sur les événements malheureux dans la capitale congolaise le 19 et le 20 september dernier à Kinshasa.



Des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre ont fait plusieurs morts dans la capitale de la République démocratique du Congo les 19 et 20 septembre. Les partisans de l’opposition congolaise, dont ceux du G7, sont descendus dans les rues de Kinshasa pour réclamer la tenue de la présidentielle «dans le délai constitutionnel»
 
Dans un communiqué publié le 21 septembre, le G7 « félicite le peuple congolais pour cette mobilisation, sa maturité politique et sa détermination à défendre la Constitution et la démocratie en RDC. Malheureusement ces manifestations pacifiques ont été violemment réprimées».
 
Ces journées de manifestations ont par ailleurs connue des violences tant de la part des policiers que des partisans de l’opposition. Au cours d’une communication mercredi 21 septembre à la presse, le Procureur général de la République, Flory Kabange Numbi a annoncé l’arrestation des auteurs matériels et intellectuels des pillages, viols, incendies et tueries perpétrés lundi et mardi derniers dans la ville de Kinshasa, lors de la marche de l’opposition. D’après lui, ces faits sont graves et passibles de peine de prison.

politico.cd

Jeudi 22 Septembre 2016 - 12:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter